Assemblée générale 2014

Mali - Amitié - Coopération - Intégration - Nations - Agir

Modérateurs : Fatoumata, caillemer

Bubu
Site Admin
Messages : 952
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Assemblée générale 2014

Messagepar Bubu » 29 janv. 2014, 22:14

Le Républicain Lorrain du 28/01/2014 - Par Emmanuel CORREIA - Photo Pierre HECKLER

Association de lutte contre le diabète au Mali - Macina : objectif banque à insuline

    Image


« Quand on arrive à Bamako, tout semble rentré dans l’ordre. » Semble, en effet - Photo Pierre HECKLER


Après avoir construit un solide réseau sur place, la présidente de Mali Amitié Coopération Intégration Nations Agir et toute son équipe passent à la vitesse supérieure. Dans sa lutte contre le diabète, l’association thionvilloise ambitionne aujourd’hui de mettre en place une banque à insuline.

Avoir dans sa famille le président de la République l’époque, a, il faut bien l’avouer, facilité l’entreprise. Rembobinons le film. En 2005, Fatoumata Xemard-Diallo sillonne le Mali « pour un état des lieux », prendre le pouls des habitants du pays qui souffrent du diabète. En tête : sensibiliser et dépister la population.

Avec son époux, la toute jeune présidente de Mali Amitié Coopération Intégration Nations Agir (Macina) prend attache avec des spécialistes. Ceux-là sont réunis dans la capitale, au centre de diabétologie de Bamako. Ici arrivent par avion les médicaments achetés par Macina à la centrale humanitaire médico-pharmaceutique, des lecteurs de glycémie, des appareils d’autosurveillance glycémique, des consommables, envoyés depuis le Luxembourg. Là aussi, la chaîne de la solidarité opère, grâce à cet ami qui tient la compagnie CAE Aviation.

Au fil du temps, des unités de diabétologie se créent dans les villes et villages grâce aux actions de l’équipe.

« Plutôt que de venir à Bamako, ce qui revient cher pour la plupart des gens, l’idée était de leur dire "Rassemblez-vous en association, stabilisez-vous chez vous, en étant en relation avec le centre de Bamako », explique la pharmacienne de métier. L’idée était de rendre plus visibles les malades, et faire parvenir en un envoi commun tout ce dont ils avaient besoin. Les médecins du centre de Bamako chapeautant évidemment les opérations. « En 2008, il n’a plus été possible d’accéder au Nord, à cause des terroristes », retrace la Thionvilloise. Et aujourd’hui, plus que jamais.

Salon de l’artisanat, marché solidaire, vide-greniers, concert, repas dansants sont autant de manifestations qui dégagent des bénéfices destinés à financer les initiatives de Fatoumata Xemard-Diallo et ses bénévoles.

« Notre ambition pour 2014 est de créer une banque à insuline. Le projet est ficelé. Il sera subventionné notamment par le conseil régional et la mairie de Thionville. » Un appel aux dons est lancé.

Malgré le climat de tension rémanent, le Mali voulu « uni et unique » par son président actuel peut compter sur le collectif mosellan. « Quand on arrive à Bamako, tout semble rentré dans l’ordre. Mais quand tu interroges le commun des mortels, il te dira que tout coûte cher, que chacun se méfie de chacun. Et quand il y a méfiance, il n’y a rien qui va. »

Vers un pays uni et unique ?

Emmanuel CORREIA


Retourner vers « MACINA »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité