Epidémie à Coronavirus

Actions, nouvelles et autres
Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 09 mars 2021, 21:12

Le Républicain Lorrain du 05/03/21 - Vidéo Pierre HECKLER

Thionville - Centre vaccinal : 300 injections par jour, 400 dès lundi

Le centre de vaccination installé dans le théâtre municipal de Thionville tourne à plein régime et devrait encore monter en puissance dès le 8 mars avec un objectif de 400 injections de sérum anti-Covid par jour. Une centaine de bénévoles, des personnels soignants pour la plupart, se relaient pour accueillir et vacciner la population.

Pour visualiser la vidéo de Pierre Heckler :
cliquez ici


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 11 mars 2021, 11:24

Le Républicain Lorrain du 06/03/21 - Par Catherine ROEDER - Photo RL/Pierre HECKLER

Thionville - Centre de vaccination contre la Covid-19 : ''Une comptabilité à la dose près''

Image

Dès lundi 8 mars, près de 400 injections par jour seront pratiquées au centre de vaccination du théâtre municipal. Photo RL/Pierre HECKLER


Premier bilan positif pour le centre de vaccination du théâtre municipal de Thionville ouvert depuis une semaine. De 140 doses administrées les premiers jours à près de 300 en fin de semaine, la montée en puissance va se poursuivre dès le 8 mars avec un objectif de 400 injections quotidiennes.

Centre vaccinal, jour 7. Depuis une semaine, jour pour jour, le théâtre municipal de Thionville transformé en centre de vaccination a doublé sa capacité en 24 heures avec près de 300 injections quotidiennes. « Aujourd’hui, nous allons administrer 288 doses de vaccin Pfizer », indique le docteur Pierre Cuny, maire de Thionville.

Une montée en puissance qui n’inquiète pas les bénévoles rodés à l’exercice , soit une vingtaine de personnes par demi-journée, dont trois médecins et quatre infirmiers présents simultanément sur le site. « C’est très bien organisé. On n’attend pas. On est pris en charge du début à la fin, témoigne Yvonne, de Tressange, 82 ans. Je me sens bien. Soulagée d’avoir pu enfin obtenir un rendez-vous. Le téléphone était toujours occupé, il a fallu insister plusieurs jours. »

Un parcours en quatre étapes

Dès lundi 8 mars, le centre devrait passer encore à la vitesse supérieure avec un objectif de près de 400 injections par jour à raison d’un patient toutes les cinq minutes (288 Pfizer et 120 AstraZeneca). Dans l’ambiance feutrée du théâtre, les candidats à la vaccination suivent un parcours en quatre étapes qui va du questionnaire de santé et la validation par un médecin à l’injection du sérum, aux formalités administratives. Trois « lignes » de vaccination sont ouvertes, « un quatrième poste pourra être activé si le besoin s’en fait sentir », poursuit Pierre Cuny.

Côté logistique, c’est Jean-Christophe Hamelin-Boyer, docteur en pharmacie et conseiller municipal, qui est à la manœuvre. « Une fois décongelé, le sérum Pfizer doit être utilisé dans les cinq jours et préparé dans les six heures, ce qui nous impose deux cycles de préparations par jour », note ce dernier.

Les doses valent « de l’or »

« L’AstraZeneca , lui, laisse plus de marge et nécessite une étape de préparation en moins ». La cuisine du théâtre transformée en laboratoire est l’endroit où le précieux liquide est reconstitué puis minutieusement préparé en dose. Chaque seringue est étiquetée, tracée, numérotée. « On a une comptabilité à la dose près. Toutes les doses sont utilisées. Elles valent de l’or… », sourit l’élu. « Tout est compté », confirme Guillaume Pfeiffer, infirmier à la retraite venu en renfort.

« L’approvisionnement se fait à la dernière minute. C’est toujours à flux tendu pour les doses, pointe Jean-Christophe Hamelin-Boyer. Cela ajoute un peu de stress. Mais jusqu’à maintenant, nous les avons toujours obtenues. »

Par Catherine ROEDER


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 11 mars 2021, 11:29

Le Républicain Lorrain du 08/03/21 - Par Catherine ROEDER - Photo RL/Pierre HECKLER

Thionville : dans les coulisses du centre de vaccination

Image

Une fois décongelé, le vaccin Pfizer doit être utilisé dans les cinq jours et préparé dans les six heures, ce qui impose deux cycles de préparation par jour. Photo Pierre HECKLER


Le centre de vaccination installé dans l'enceinte du Théâtre municipal de Thionville n'a cessé de monter en puissance depuis son ouverture fin février. De 144 vaccins par jour, il est passé à 288, pour monter jusqu'à 500 durant le week-end. Derrière la façade de ce lieu culturel, une centaine de bénévoles - des professionnels de santé à la retraite pour la plupart - gère l'urgence, à la dose près. Car ici, une goutte de sérum anti-Covid vaut de l'or.

Pour voir toutes les photos : cliquez ici



Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 11 mars 2021, 11:44

Le Républicain Lorrain du 03/03/21 - Par Joan MOÏSE - Photo RL/Pierre HECKLER

Centre de vaccination dans la Fensch : c’est ouvert !

Image

La demande est très forte : les candidats à la vaccination viennent parfois de l’autre côté du département. Photo RL/Pierre HECKLER


Le premier centre de vaccination de la Vallée de la Fensch a ouvert ce mardi matin, 2 mars, à la salle des fêtes Jean-Jacques-Renaud de Serémange-Erzange. Tous les créneaux prévus sur quinze jours sont complets. Trois infirmiers et un médecin prennent en charge les personnes de plus de 75 ans.

« Je me sens soulagée. Ça fait des semaines que j’essaye d’avoir un rendez-vous pour me faire vacciner, j’ai essayé dans tous les centres du département. Je m’étais faite à l’idée que ça ne se ferait pas avant le mois de juin. » Cette Knutangeoise respire, donc. Pour elle, cette injection signifie davantage de libertés avec sa fille malade, déjà vaccinée. Depuis mardi, la salle des fêtes Jean-Jacques Renaud de Serémange-Erzange accueille le centre de vaccination que les élus du territoire appelaient de leurs vœux. Inutile de se présenter sans rendez-vous. Tous les créneaux sont complets sur les quinze jours d’ouverture. En cas de défection, le Val de Fensch s’appuiera « sur une liste de personnes vulnérables ou isolées qui sont appelées immédiatement », souligne Michel Liebgott, le président de la Communauté d’agglomération du Val de Fensch (CAVF). Il n’empêche. « Ça fait mal au cœur de devoir refuser des gens qui tentent leur chance malgré tout et qui viennent parfois de loin », souffle Jean-Pierre Cerbai, délégué aux questions de santé à la CAVF.

Frigo sous haute surveillance

1 080 doses du vaccin Pfizer-BioNTech réservées aux personnes de plus de 75 ans ont été reçues dans le cadre du contingent de 30 000 doses débloquées pour la Moselle. Elles sont surveillées comme le lait sur le feu dans le réfrigérateur de la cuisine attenante à la salle. « Une sonde le relie à trois personnes immédiatement alertées en cas de dysfonctionnement et susceptibles d’intervenir dans les plus brefs délais », assure Jean-Pierre Cerbai.

Trois infirmiers de la Vallée, répartis dans trois postes distincts, sont chargés d’administrer le vaccin. Au préalable, chaque personne est reçue par un médecin qui réalise un premier bilan de santé. « On interroge sur les allergies, les traitements en cours, les vaccins et tests éventuellement réalisés ces deux derniers mois », précise le Dr Patricia Belocchi. Le « parcours » se termine par un temps de repos de quinze minutes. La date du rappel est fixée lors de la première prise de rendez-vous, « trois à quatre semaines après la première injection », rappelle le médecin.

Les équipes du Val de Fensch sont fortement mobilisées dans cette opération, une dizaine d’agents sont chargés de l’accueil, de la désinfection régulière des lieux et épaulent les personnes âgées si besoin. Tout le matériel, excepté les doses de vaccin et les seringues, a été pris en charge par la CAVF qui laisse échapper un aveu : « On aimerait qu’il n’y ait pas de fermeture à l’issue de ces quinze jours », confie Jean-Pierre Cerbai. « On a tellement de demandes, les gens ont besoin de se sentir protégés. » Une volonté qui reste bien évidemment suspendue à la réception de nouvelles doses.

Par Joan MOÏSE


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 11 mars 2021, 11:49

Le Républicain Lorrain du 04/03/21 - Par Joan MOÏSE - Photo RL/Pierre HECKLER

Sérémange-Erzange - Vaccin contre la Covid-19 : dans la Fensch, le compte n’y est pas

Image

Si de nouvelles doses n’étaient pas livrées avant la semaine prochaine, des personnes verraient leur rendez-vous annulé. Photo RL/Pierre HECKLER


Les personnes âgées de plus de 75 ans qui ont pris rendez-vous au centre de vaccination de Serémange la semaine prochaine, pourraient ne pas être toutes satisfaites. À ce jour, il manque des doses. Le sous-préfet a été alerté.

Les élus locaux l’appelaient de leurs vœux, le premier centre de vaccination de la Vallée de la Fensch a enfin ouvert ses portes mardi 3 mars, à la salle des fêtes de Serémange-Erzange. Depuis, le ballet des candidats orchestré par les agents de la communauté d’agglomération du Val de Fensch (CAVF) est ininterrompu, les créneaux réservés via le site Doctolib ont vite affiché complet.

Sauf qu’au lendemain de cette opération qui doit s’étirer sur quinze jours (pour la première injection), une ombre se dessine au tableau : il manque le nécessaire pour assurer les vaccinations prévues la semaine prochaine. Une livraison de 500 doses du vaccin Moderna a d’ores et déjà été confirmée, alors que « nous devrions en disposer de 650 pour permettre la vaccination des personnes déjà inscrites sur Doctolib », indique-t-on à la CAVF. Autrement dit, certains pourraient avoir la désagréable surprise de voir leur rendez-vous annulé.

« Un scandale »

Ce jeudi après-midi, le président de la CAVF Michel Liebgott a interpellé le sous-préfet de Thionville. « Ce serait un scandale si nous n’étions pas en mesure d’effectuer les vaccinations sur les derniers jours », a-t-il réagi. « On va relancer tous les jours, j’ose penser que nous obtiendrons les doses car cela semble être une volonté politique d’accélérer la vaccination, mais à ce jour, rien n’est acté. »

La demande reste extrêmement forte avec des patients provenant de tout le département. « Une personne s’est même déplacée de Paris pour pouvoir se faire vacciner », confiait le président.

Les infirmiers dépêchés sur place se sont dits prêts à poursuivre les vaccinations au-delà de la semaine prochaine. « Il serait dommage que nous ne soyons qu’un centre transitoire », observe Michel Liebgott en faveur de cette initiative qui permettrait « d’alléger la charge de travail des médecins généralistes ». Mais là encore, les bonnes volontés ne suffisent pas. Il faut des vaccins.

Par Joan MOÏSE


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 13 mars 2021, 15:17

Le Républicain Lorrain du 09/03/21 - Par Catherine ROEDER - Photo RL/Philippe NEU

Thionville - Près de 1 000 vaccinations en deux jours au théâtre

Image

Jusque-là réservée aux plus de 75 ans, aux personnels soignants et aux personnes fragiles, la vaccination s’étend à la tranche des 50 à 74 ans qui ont des comorbidités. Photo RL/Philippe NEU


Le centre de vaccination du théâtre municipal de Thionville a mis un sérieux coup d’accélérateur le week-end dernier, avec près de 1 000 injections dont 700 doses de vaccin AstraZeneca. Un chiffre qui devrait se stabiliser à 400 vaccins par jour cette semaine.

Le centre de vaccination situé dans le théâtre municipal de Thionville s’est vu attribuer en fin de semaine dernière 700 doses de vaccin anti-Covid AstraZeneca, dans le cadre d’une opération « spéciale » visant à accélérer la prise en charge des moins de 75 ans. « Ces doses destinées initialement aux médecins généralistes étaient disponibles », précise Jean-Christophe Hamelin-Boyer, docteur en pharmacie et conseiller municipal en charge de l’approvisionnement du centre de vaccination.

Organisé en deux équipes d’une vingtaine de bénévoles chaque jour, le centre a effectué près de 1 000 injections en deux jours (488 samedi et 500 dimanche soit 288 doses Pfizer et 700 doses AstraZeneca).

Dès ce lundi 8 mars, la campagne se poursuit avec de nouveaux objectifs à la hausse de 400 vaccinations par jour (288 Pfizer et 120 AstraZeneca) accessibles sur réservation via le site doctolib.fr

« La relève devra être assurée par la médecine de ville »

Jusque-là réservée aux plus de 75 ans, aux personnels soignants et aux personnes fragiles, la vaccination s’étend à la tranche des 50 à 74 ans qui ont des comorbidités. « Je ne sais pas de combien de vaccins nous disposerons la semaine prochaine », admet Jean-Christophe Hamelin-Boyer qui pointe le manque de visibilité.

Se pose aussi la question de la seconde injection (entre quatre et douze semaines) puisque toutes les personnes ne pourront pas la recevoir au centre de vaccination qui n’a pas vocation à rester ouvert au-delà de « fin avril-début mai ».

« La relève devra être assurée par la médecine de ville, pharmacies et infirmiers libéraux », poursuit le conseiller municipal.

Par Catherine ROEDER


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 13 mars 2021, 15:25

Le Républicain Lorrain du 07/03/21 - Par Joan MOÏSE - Photo RL/Pierre HECKLER

Serémange-Erzange - Covid-19 : tout le monde aura bien son vaccin dans la Fensch !

Image

Durant les cinq premiers jours, 660 personnes ont été vaccinées au centre de Serémange. Photo RL/Pierre HECKLER


Toutes les personnes inscrites recevront bien leur première injection au centre de vaccination de Serémange. Le président du Val de Fensch vient d’accuser réception des doses manquantes. Il espère même accélérer la cadence pour passer de 120 à 180 vaccins administrés par jour.

Il y a quelques jours, le nombre insuffisant de doses attribuées au centre de vaccination de Serémange-Erzange avait quelque peu altéré l’enthousiasme des élus. En clair, il manquait près de 160 doses pour pouvoir administrer le vaccin jusqu’à la fin de la semaine prochaine. Fâcheux pour ceux qui avaient pris rendez-vous sur Doctolib, au prix parfois de longues semaines d’attente.

Le doute vient d’être levé. Michel Liebgott, le président de la communauté de communes du Val de Fensch (CAVF), a confirmé que le quota manquant, un contingent de Moderna cette fois, serait bien livré. Un soulagement. « Dans cette phase d’accélération de la vaccination, il aurait été dommage d’avoir mobilisé autant de monde puis d’être contraint d’annuler. » Les cinq premiers jours d’ouverture ont permis l’administration de 120 doses par jour avec une « ligne » composée d’un médecin et de trois infirmiers. Sur le seul samedi 6 mars, 165 personnes ont été vaccinées.

Accélérer la cadence

Mais pour Michel Liebgott, le centre n’a pas encore atteint son rendement optimal et le message qu’il enverra très prochainement aux services de l’Etat ira en ce sens. « Nous sommes tout à fait en mesure d’assurer 180 vaccinations par jour. Le vivier de dix médecins, les infirmiers des équipes de soins primaires de la vallée et les libéraux, pleinement engagés dans l’opération, permettront de tenir l’objectif. » Avec, toujours, les agents de la CAVF affectés à l’accueil ou encore à la désinfection des locaux.

Si de nouvelles attributions de doses le permettent, les élus continuent de plaider en faveur d’une ouverture continue du centre de Serémange. A ce jour, il est prévu qu’il ferme ses portes à la fin de la semaine pour ne rouvrir que quinze jours plus tard, afin d’assurer les deuxièmes injections. « Si on maintient voire intensifie le rythme, nous serons en mesure d’ouvrir en avril », veut croire Michel Liebgott. « Question praticité et organisation, il n’y a pas mieux, à mon sens, que ces petits vaccinodromes. »

Par Joan MOÏSE


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 14 mars 2021, 09:19

Le Républicain Lorrain du 11/03/21 - Photo RL/Philippe NEU

Yutz - Vacciner en masse mais continuer à dépister

Image

Arnaud, étudiant en deuxième année de médecine, fait partie de l’équipe des préleveurs. Photo RL/Philippe NEU


Alors que la vaccination s’accélère en Moselle-Nord avec l’ouverture de nouveaux centres, à Thionville et Serémange-Erzange, la campagne de dépistage ne faiblit pas. Plusieurs journées de dépistage massif sont ainsi organisées, comme ce mercredi à Yutz.

Ce mercredi, à l’initiative de la Communauté d’agglomération Portes de France-Thionville et de la mairie de Yutz, une opération de dépistage de la Covid-19 a été organisée à la salle Bestien. C’est le laboratoire Biogroup qui s’est chargé de la réalisation des opérations. Pour venir, pas besoin de rendez-vous ou d’ordonnance. Une carte d’identité, la carte vitale et une adresse mail suffisent. Une fois le test PCR réalisé, l’échantillon est transféré sur le plateau technique de Metz-Verriers. « Le résultat est ensuite transmis en moins de 12 h au patient sur sa boîte mail », explique Christelle, une opératrice du groupe médical. Laquelle ne constate pas de baisse de fréquentation dans les différents centres de dépistage. « La cadence est toujours la même », témoigne-t-elle. « Les gens appréhendent toujours l’introduction de l’écouvillon dans les narines, ce qui n’est certes pas très agréable mais qui au final ne fait qu’activer les glandes lacrymales, c’est tout. »

« Autant prendre les devants »

Pour Patrick, venu avec son épouse Clotilde, c’est aussi un moyen de se rassurer. « Au travail de ma femme, quatre personnes ont été détectées positives. Autant prendre les devants », dit-il, préférant ne pas vouloir jouer avec la santé de sa grand-mère à qui il rend visite deux fois par semaine. « Mais dès que ce sera possible, et qu’il y aura enfin assez de doses pour tout le monde, il est certain que je me ferai vacciner », assure-t-il. « Pour éviter de contaminer et d’être contaminé » Le 18 décembre dernier, déjà salle Bestien, l’opération de dépistage avait permis de tester 312 personnes. Sept s’étaient avérées positives.

Voir également les photos de Philippe Neu avec le texte de Olivier Menu en cliquant ici.


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 14 mars 2021, 09:22

Le Républicain Lorrain du 12/03/21 - Par Joan MOÏSE - Photo RL/Pierre HECKLER

Sérémange-Erzange - Vaccination dans la Fensch : de nouveaux créneaux libérés

Image

La prise de rendez-vous est possible dès à présent pour des créneaux ouverts dès lundi 15 mars. Photo RL/Pierre HECKLER


De nouveaux créneaux viennent de se débloquer pour le centre de vaccination de Serémange-Erzange à partir de lundi 15 mars, à la salle Jean-Jacques Renaud. La prise de rendez-vous est obligatoire, sur le site Doctolib uniquement.

La prise de rendez-vous est à nouveau ouverte pour le centre de vaccination de Serémange-Erzange. Michel Liebgott, le président de la communauté d’agglomération du Val de Fensch, l’avait annoncé en début de semaine : une nouvelle dotation en vaccins allait permettre d’honorer l’ensemble des rendez-vous pris jusqu’à la fin de la semaine à la salle des fêtes Jean-Jacques Renaud. Mieux : un contingent de 1 080 nouvelles doses du vaccin BioNTech-Pfizer fraîchement attribuées au seul centre de la vallée de la Fensch rend possible la poursuite de la vaccination à partir de lundi 15 mars, comme espéré par les élus.

Navettes gratuites

Pour l’heure, une « ligne » composée d’un médecin et de trois infirmiers permet de prendre en charge 120 personnes chaque jour. Le personnel des piscines intercommunales est engagé dans le dispositif en épaulant les personnes âgées et en désinfectant les lieux. A noter également la participation de plusieurs communes, par l’intermédiaire des CCAS, « qui mettent en place des navettes pour les personnes les plus fragiles ou isolées et aident aussi à la prise de rendez-vous sur internet », précise-t-on au Val de Fensch.

180 personnes vaccinées par jour

Dès la semaine prochaine, la cadence quotidienne va s’accélérer puisque 180 personnes pourront se voir administrer le sérum. Pour l’heure, des créneaux sont disponibles uniquement pour la semaine prochaine du lundi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 17h sur https://www.doctolib.fr/centre-de-vacci ... id-19-cavf.

Pour rappel, la vaccination est ouverte aux plus de 75 ans, aux professionnels de santé et aux publics vulnérables sur ordonnance du médecin traitant (personnes porteuses de maladie évolutive, de pathologie à très haut risque ou de handicap).

Par Joan MOÏSE


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 20 mars 2021, 14:19

Le Républicain Lorrain du 13/03/21 - Par David HOURT - Photo RL/Philippe NEU

Thionville - Covid : un centre de dépistage par tests antigéniques au théâtre

Image

Dans la coursive des balcons du Théâtre municipal, des paravents ont été installés pour les tests. Photo RL /Philippe NEU


Un centre de vaccination a été établi le 26 février dernier au Théâtre municipal de Thionville. Le lieu accueille en outre un centre de dépistage Covid éphémère. Il s’agit de tests antigéniques. L’opération qui s’est tenue ce samedi matin devrait être reproduite tous les quinze jours.

À l’entrée du Théâtre municipal de Thionville, deux nouvelles files se sont ajoutées à celles du centre de vaccination. Il s’agit d’un nouveau circuit labellisé « centre dépistage Covid ». Perché sur l’accès au balcon, ce centre de tests s’est ouvert ce samedi matin de 9 h à 13 h. Une première opération qui, annonce la municipalité, se renouvellera tous les quinze jours.

« En arrivant, les personnes répondent à quelques questions. Si elles ont des symptômes, si elles ont été en contact avec une personne contaminée…, détaille Geoffrey, pharmacien yussois venu donner de son temps en tant que testeur avec sa compagne Kelly. Il faut aussi parfois repréciser certaines choses, comme sur les sept jours d’attente nécessaires entre le dernier contact avec une personne contaminée et le test. »

Ensuite, un tour derrière le paravent et un écouvillon permettent, en un prélèvement nasopharyngé, d’obtenir un verdict en quelques minutes. Car il s’agit ici d’un test antigénique. « Selon le résultat, nous leur transmettons des instructions. Si c’est positif, aller dans un labo pour déterminer si c’est un variant et l’assurance maladie prend le relais pour le suivi. Si c’est négatif, continuer à observer les gestes barrière et rester prudents. » Personne n’étant à l’abri d’un faux négatif.

Par David HOURT


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 20 mars 2021, 14:29

Le Républicain Lorrain du 18/03/21 - Par David HOURT - Photo RL/Philippe NEU

Hettange-Grande - Un centre de vaccination ouvert pour le week-end

Image

Le centre de vaccination a été revu une dernière fois avant son ouverture par les élus et le sous-préfet de la ville de Thionville. Photo RL/Philippe NEU


Les élus de la CCCE l’appelaient de leurs vœux. L’attente a été longue, mais, finalement, la Communauté de communes de Cattenom et environs aura bel et bien son centre de vaccination. Établi à Hettange-Grande, il sera ouvert ce week-end ainsi que les 27 et 28 mars.

Salle omnisports de Hettange-Grande. Depuis le début de la semaine, une activité intense y règne. Au sol, des carrés de moquette ont été posés, des tentes blanches dressées et des postes informatiques installés. Pas de rencontre sportive au programme, mais un centre de vaccination qui s’installe. Ouverture prévue ce week-end (9 h-17 h), avant une deuxième session de vaccinations les samedi 27 et dimanche 28 mars. Pour la suite, « la décision devrait être prise dans les jours qui viennent, si la perspective de l’obtention du nombre de doses nécessaires pour faire fonctionner le centre, dans les semaines et mois à venir, est assurée », détaille le sous-préfet de Thionville, Thierry Hégay, lors de sa visite de ce 23e centre de vaccination mosellan.

500 doses par week-end

Dimensionné pour pouvoir administrer 250 vaccins Moderna par jour par le biais de cinq postes de vaccination, le centre s’adresse aux plus de 75 ans, aux personnels de santé et aux 50-74 ans avec comorbidités. « Dans le cas où toutes les doses ne pourraient être administrées, une liste d’urgence a été établie par les CCAS et les intercommunalités. Cela reste dans notre ligne d’éviter le gaspillage », précise le sous-préfet. Rendez-vous via le site internet Doctolib ou la plateforme Covax au 03 87 345 345. « Les créneaux ont été ouverts ce jeudi matin ; dans l’après-midi, beaucoup avaient déjà été réservés », commente Roland Balcerzak, maire de Hettange-Grande.

22 personnes mobilisées par demi-journée

Pour fonctionner, le centre a besoin de bras. Par demi-journée, six infirmières et quatre médecins interviennent, mais aussi huit agents administratifs, deux de liaison et deux de désinfection, soit 22 personnes en continu. Des bénévoles soignants, mais également des agents communaux et intercommunaux qui donnent de leur temps. « Par ailleurs, une société de gardiennage interviendra la nuit », ajoute Michel Paquet, président de la CCCE. « C’est une sacrée logistique qu’on ne s’imagine pas avant sa mise en place. Ce centre est né de la collaboration de la commune et de la CCCE, et c’est ce qui a facilité les choses. » Maintenant, il n’y a plus qu’à se lancer.

Par David HOURT


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 23 mars 2021, 18:00

Le Républicain Lorrain du 19/03/21 - Photos RL/Philippe NEU

Hettange-Grande : un centre de vaccination ouvert ce week-end

Image

A l'entrée, la température des futurs vaccinés est prise avant que les renseignements ne soient transmis à l'agent d'accueil. Photo Philippe NEU


Salle omnisports de Hettange-Grande, le centre de vaccination de la Communauté de communes de Cattenom et environs est fin prêt à recevoir ses futurs vaccinés. Une installation rapide et efficace qui permettra d'administrer 500 doses par week-end les 20 et 21 mars ainsi que les 27 et 28 mars. Petit tour des lieux en images avec notre photographe Philippe Neu.

Pour visualiser les autres photos : cliquez ici


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 30 mars 2021, 09:15

Le Républicain Lorrain du 17/03/21 - Par Jean-Michel CAVALLI - Photo RL/Pierre HECKLER

Thionville - Centre vaccinal : soignants retraités et hyperactifs !

Image

Violette et Elisabeth ont mis entre parenthèses leur retraite. L’aide de ces deux soignantes est indispensable au bon fonctionnement du centre de vaccination municipal. Photo RL /Pierre HECKLER


Sur la scène du théâtre municipal, transformé depuis le 26 février en centre de vaccination, ils ne font pas de la figuration. Rouages essentiels de la campagne vaccinale, ces professionnels de santé ont abandonné leur douce retraite pour combattre sur la ligne de front du coronavirus.

On pourrait peut-être s’isoler. Le bruit, là, est assourdissant. » Sac à dos, jean décontracté et regard espiègle donnent à Guillaume Pfeiffer des petits airs d’étudiant. Qu’il n’est pas, ou plus, depuis longtemps. Cet infirmier ne fait pas ses 66 ans, mais il les a bien. Cet infirmier est à la retraite depuis octobre 2018, mais il officie pourtant au centre de vaccination municipal depuis son ouverture, le 26 février dernier. Guillaume cultive les paradoxes.

C’est l’une des « petites mains » les plus précieuses du dispositif : chaque matin, avant l’arrivée des autres professionnels de santé, son rôle consiste à réceptionner et à conditionner les premières doses de vaccin. Le Thionvillois en a conscience : à l’échelle planétaire, il manie le bien le plus précieux du moment. « L’acte est délicat. Il demande une rigueur et une attention sur une durée de cinq heures ; on va chercher les dernières gouttes de vaccin sur les parois du flacon. » Pourquoi s’infliger un tel stress ? La réponse fuse, scandée tel un slogan : « Soignant un jour, soignant toujours ! »

« Embrasser mon petit-fils »

Après plus de quatre décennies d’actes médicaux, Elisabeth Cabirol a rendu sa blouse blanche d’infirmière hospitalière et de laboratoire en 2019. Avant de reprendre spontanément, elle aussi, du service.

« Je me suis inscrite sur la plateforme de l’ARS. Lorsque le centre s’est ouvert dans ma ville, mon incorporation s’est faite naturellement. Toutes mes activités de retraitée sont en sommeil, j’ai donc du temps à donner aux autres. » Donner, un verbe qu’elle conjugue par tous les temps, même de Covid.

Lors du premier confinement, Elisabeth a pris soin « de deux mamies isolées » logées dans son immeuble : « Elles avaient peur du virus. Je leur ai apporté une aide matérielle et hygiénique. » Au théâtre municipal, elle pique son prochain, chaque jour, en quête d’un monde meilleur : « Ce qui m’amène ici ? La volonté de revivre et, surtout, de pouvoir enfin embrasser mon petit-fils sans me poser de questions. »

« Une campagne cruciale »

« Vous plaisantez, c’est comme le vélo ! » C’est comme si Violette Rampazzo, 67 ans, n’avait jamais arrêté d’exercer. Pourtant, cela fait bien douze ans que l’ancienne infirmière aux Urgences de Bel-Air hume l’air apaisé de la retraite. « Vacciner, ce n’est pas compliqué. C’est une simple injection intramusculaire, contrairement à la grippe qui est sous cutanée. »

La difficulté tient davantage à la répétition de l’opération : « Près d’une cinquantaine de piqûres par demi-journée, estime-t-elle. Le rythme est soutenu mais en retour, on tire beaucoup de plaisir à échanger avec les personnes vaccinées […] Je n’ai pas hésité à me porter candidate : cette campagne de vaccination est cruciale, c’est une démarche de santé publique. »

« En finir avec ce virus »

Ce visage est familier pour les vaccinés du jour. L’accent, délicieusement slave, aussi. Le docteur Ewa Wasilewicz est une figure de la ville. Elle a donné sa vie à la médecine généraliste avant de bifurquer vers la médecine du travail. À l’âge de 80 ans, la praticienne, coquette, s’est justement remise au… travail. Assise sous l’une des quatre tentes dévolues aux médecins, elle accueille les futurs vaccinés, vérifie leurs antécédents médicaux et surtout… rassure : « Sur le plan médical, cette population de vaccinés ne pose aucun problème : ce sont tous des retraités dont le suivi est parfaitement assuré. Mon rôle consiste surtout à lever les dernières craintes avant l’injection. »

Ewa conclut en dévoilant les raisons de cette mise en sommeil de sa retraite active : « En finir avec ce virus qui nous appauvrit tous sur le plan intellectuel, culturel et sentimental. »

Par Jean-Michel CAVALLI

Pour visualiser les autres photos et la vidéo : cliquez ici


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 02 avr. 2021, 09:11

Le Républicain Lorrain du 21/03/21 - Photos RL

Hettange-Grande - Centre de vaccination : au hall omnisports, le match contre la Covid est lancé

Image

La préparation des doses à injecter. C’est le vaccin Moderna qui est administré. Photo RL


Le centre de vaccination de la communauté de communes de Cattenom et environs, établi au hall omnisports d’Hettange-Grande, a ouvert ce samedi 20 mars. Objectif affiché : réaliser 550 injections d’ici à dimanche soir.

Habitué à recevoir des épreuves sportives, le hall omnisports de Hettange-Grande fait désormais office de centre de vaccination contre la Covid-19. Un centre aménagé avec des boxes qui a accueilli ce samedi, sur inscription préalable, des personnes âgées de plus de 75 ans ou atteintes de pathologies graves. L’objectif est affiché : réaliser 550 injections en deux jours.

Système bien huilé

Ce centre est né de la collaboration de la commune de Hettange-Grande et de la communauté de communes Cattenom et environs. Le système mis en place est bien huilé, les infirmières libérales et médecins volontaires sont présents, tout comme les agents mobilisés sur ces deux jours.

Dès 9 heures samedi, les premières personnes sont arrivées dans la structure, soulagées de se faire vacciner. Après l’injection (c’est le vaccin Moderna qui est administré), chacune d’entre elles observe un temps d’attente de 30 minutes, histoire de s’assurer que tout va bien. Et les voilà parées pour un retour à une vie un peu plus normale…

Une forte demande

Présents sur place, le maire Roland Balcerzak, le président de l’intercommunalité Michel Paquet, ainsi que Marie-Marthe Dutta-Gupta, médecin coordinatrice du centre, ont accueilli les premiers volontaires. Comme le rappelle Roland Balcerzak, les créneaux du week-end sont complets. Cela prouve l’importance de cette opération, et la nécessité de la répéter autant que possible.

« On est fier d’avoir uni nos forces pour répondre à la forte demande des administrés. Le score est ouvert, vivement la fin du match ! », souligne l’élu en usant de la métaphore sportive, « car cela signifiera le retour à une vie normale. La vie économique en a besoin, la vie en général, celle des gens qui comme vous et moi veulent gagner la partie contre la Covid ».

Pour visualiser les autres photos : cliquez ici


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Epidémie à Coronavirus

Messagepar Bubu » 02 avr. 2021, 09:27

Le Républicain Lorrain du 24/03/21 - Par Jean-Michel CAVALLI - Photos RL/Pierre HECKLER

Thionville - Centre vaccinal : Doctolib, une souris et des hommes

Image

L’assistance de Laurent Cavalieri et Marc Schaeffer se révèle souvent salvatrice pour les postulants à la vaccination. Photo RL/Pierre HECKLER


Victime de son succès, le centre municipal de vaccination croule sous les requêtes. Doctolib, la célèbre plateforme digitale dédiée à la prise de rendez-vous, a grandement besoin de la main de l’homme pour gérer ce flux de postulants.

L'horloge s’approche nerveusement de 17 h. Une dure journée , une de plus, s’achève au centre municipal de vaccination. Mais le téléphone sonne. Encore. « Entendu… Donc votre rappel se fera le 21 avril. Au revoir. » Laurent Cavalieri ne lève pas la tête.

Des Post-it étouffent son petit coin de bureau. L’homme, que l’on connaît à Thionville sous sa casquette de responsable de la police municipale, traque depuis des semaines des créneaux libres sur Doctolib. Et pour investiguer, il investigue : « Franchement, c’est un boulot de fou ». Affecté dans un premier temps à la simple surveillance du logiciel, son rôle s’est rapidement mué en ce qui s’apparente à un réel administrateur du site. Car la plateforme numérique de prises de rendez-vous, si efficace soit-elle, a ses limites.

« 7 doses par flacon »

« Déjà, je me substitue à ceux qui ont des difficultés à s’en sortir d’un point de vue digital. » Et forcément, au regard du public ciblé par les débuts de cette campagne de vaccination (les plus de 75 ans) , le soutien apporté par Laurent ne relève pas de l’occasionnel.

Autre profil de postulants à la vaccination soulagé par ses services : les “extérieurs”, comprendre ceux qui ne résident pas dans le bassin thionvillois. Les appels provenant de départements voisins ne sont pas rares ; contrairement à une idée reçue, le centre de vaccination n’est assujetti à aucune contrainte territoriale : « Des gens viennent se faire vacciner de la Meuse, de Colmar même. On ne refuse personne », certifie Jean-Christophe Hamelin.

Le monsieur santé de la Ville sait que la tâche de Laurent Cavalieri et de Marc Schaeffer, lui aussi affecté à la délicate gestion administrative du site , est immense. D’autant que depuis peu, le centre a encore élevé sa cadence vaccinale en tirant sept doses (et non plus cinq, puis six) de chaque flacon Pfizer-BioNtech : « On nous a donné du matériel, en l’espèce des seringues, pour parvenir à en gratter sept. Nous prenons donc notre responsabilité de professionnel de santé, nous assumons ».

4 805 rendez-vous

« Il faut toujours avoir un œil sur le planning. » Laurent Cavalieri reprend la main. Et n’hésite pas, le cas échéant, à pousser Doctolib dans ses retranchements : « Pour valider un rendez-vous sur la plateforme, il faut que le logiciel accepte le premier vaccin et le rappel, qui doit intervenir entre le 21e et le 42e jour après l’injection. Or, les créneaux ne sont libérés qu’en fonction de l’approvisionnement en vaccin. L’idée, c’est donc parfois d’anticiper sur la livraison et surtout de veiller au calendrier. Dès qu’une place s’ouvre, je rappelle les personnes sur liste d’attente et leur impose le rendez-vous. »

On repense à ces « 200 Post-it » qui lui font de l’œil. « Ces 28 prochains jours, 4 805 personnes seront vaccinées », totalise, en connaissance de cause, la petite main de Doctolib.

Par Jean-Michel CAVALLI



Retourner vers « La Presse »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité