Urgences - Centre Médical de Soins Immédiats

Actions, nouvelles et autres
Bubu
Site Admin
Messages : 1233
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Urgences - Centre Médical de Soins Immédiats

Messagepar Bubu » 14 févr. 2021, 12:00

Le Républicain Lorrain du 323/01/21 - Par Emmanuel CORREIA - Photo RL/Philippe NEU

Thionville - Urgences de jour : une nouvelle adresse à (vite) retenir

Image

Le local flambant neuf se situe au 21, route de Guentrange, au rez-de-chaussée du bâtiment qui jouxte la clinique. Il comporte quatre box d’une surface d’environ 200 m², comprenant la partie accueil. Photo RL /Philippe NEU


Bonne nouvelle pour les habitants du Nord mosellan : un centre médical de soins immédiats (CMSI) vient d’ouvrir à Thionville, à côté de la clinique Ambroise-Paré. Le lieu accueille les urgences dites relatives, de quoi soulager les urgentistes du CHR Bel-Air.

Après Essey-lès-Nancy, Epinal et Metz… Thionville. Depuis le 11 janvier dernier, une partie des locaux rattachés à la clinique Ambroise-Paré accueille l’équipe du docteur Loïc Libot au sein du quatrième centre médical de soins immédiats (CMSI). Autrement dit, une unité d’urgences dites relatives, dont la vocation est de désengorger, en Moselle Nord, les urgences traditionnelles de l’hôpital Bel-Air de Thionville.

« Un lieu plus approprié s’il n’est pas question d’urgence vitale, avec moins d’attente », résume le docteur Libot. Malgré la proximité avec le Luxembourg, l’équipe est formée d’une dizaine de médecins et d’infirmières, tous titulaires, renforcés par des remplaçants. Un petit exploit en soi. Tous sont à même de prendre en charge des patients présentant des plaies, fractures ou des traumatismes… Le patient peut venir ici sans rendez-vous, en semaine, du lundi au vendredi, de 9h à 19h. Toujours en lien avec Bel-Air, si le cas nécessite une prise en charge qui évolue.

Tarifs conventionnés secteur 1

L’autre bonne nouvelle relève cette fois de la sphère financière. Au CMSI de Thionville, à l’instar des autres unités lorraines, le paiement des soins se cale sur les tarifs conventionnés secteur 1. Pas de dépassement d’honoraires donc, et le tiers payant sur la part obligatoire est sur le point d’être finalisé. « On a un rôle sociétal important, relève le professionnel. Les centres comme les nôtres, structures tampon, ont un impact sur le coût financier de la santé. En venant chez nous, on réalise une économie de soins de 100 € par rapport aux urgences vitales. »

Emmanuel CORREIA


Retourner vers « La Presse »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité