Articles généraux

La lutte contre la mort subite dans les 5 Communautés d'Agglomération
Bubu
Site Admin
Messages : 1115
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Articles généraux

Messagepar Bubu » 08 juil. 2019, 09:40

Le Républicain Lorrain du 18/06/2019 - Par F.T. - Photo RL /Julio PELAEZ

Thionville Santé - Une appli pour sauver des vies : secouristes, lancez-vous !

    Image

Frédéric Leybold, président (à gauche), et Maxime Weier, vice-président, de l’Association française des premiers répondants (AFPR). Les fondateurs de l’application occupent un bureau à Thi’Pi, pôle numérique de Thionville. Photo RL /Julio PELAEZ


Un millier de secouristes ont déjà rejoint le réseau mosellan de premiers répondants, prêts à intervenir sur un arrêt cardiaque en Moselle. Ils sont connectés grâce à une application pour smartphone (AFPR). Réponses aux questions que vous vous posez peut-être avant de les rejoindre…

Frédéric était chez le vétérinaire quand son téléphone a sonné. Un message, laissé par l’application de secourisme AFPR , lui indiquait qu’une personne était en arrêt cardiaque à 300 mètres de là. Le secouriste s’est porté volontaire. L’application lui a alors notifié l’adresse et l’itinéraire. Frédéric est arrivé avant les secours. Son massage n’a malheureusement pas permis de ranimer la victime. Mais la rapidité de son intervention et son expérience peuvent offrir une réelle chance de survie.

Frédéric est infirmier, longtemps sapeur-pompier volontaire. Il a créé l’Association française de premiers répondants (AFPR) avec un groupe de collègues thionvillois, secouristes comme lui, à l’initiative de cette application smartphone pour sauver des vies. Tout a démarré en octobre dernier. Aujourd’hui, un millier de secouristes formés sont inscrits sur tout le département. « Le système fonctionne, maintenant, il faut continuer à communiquer, à recruter », résume Frédéric Leybold, président de l’AFPR. Et pour convaincre les gens de s’engager, il faut rassurer, répondre aux questions qui se posent le plus souvent.

Qu’est ce qui se passe si je ne réponds pas ?

« Il n’y a aucune obligation de moyen et d’intervention », martèle le président de l’AFPR. Les adhérents au système signent une charte dans laquelle ils s’engagent à ne pas se mettre en danger (ni eux ni les autres) pour répondre à un appel. « La participation de secouristes volontaires, géolocalisés grâce à leur smartphone, est une plus-value dans la chaîne des secours. Ils n’interviennent à la place de personne », rappelle Frédéric Leybold.

Est-ce que je suis protégé ?

Les premiers répondants sont protégés par le statut de l’association qui chapeaute leur action. « Ils ne peuvent pas être attaqués. Ils sont protégés par une responsabilité civile, une assistante juridique, une assurance de dommages corporels », égrène Maxime Weier, vice-président.

Est-ce qu’on peut me pister avec la géolocalisation ?

La confidentialité est assurée, promet l’association. En plus des lois existantes, « chaque donnée de géolocalisation écrase l’autre », précise le président de l’AFPR. Autrement dit, aucun historique ne peut être exploité. L’appli ne dit pas où vous étiez tel jour, à telle heure…

Comment l’entourage d’une victime me perçoit lorsque je débarque au domicile ?

« Les gens chez qui nous intervenons sont dans une situation dramatique. L’urgence gomme les appréhensions », témoigne Frédéric Leybold. « Il faut dire que ce sont les pompiers qui nous envoient. » Le fonctionnement de l’application AFPR est corrélé au logiciel d’intervention des sapeurs-pompiers (et bientôt du Samu). Les notifications se déclenchent dès que les secours sont appelés pour un arrêt cardiaque. « Ce qui fait notre différence avec d’autres applications de secours, c’est que les compétences de nos adhérents sont garanties et régulièrement révisées. »

Infos sur http://www.afprappli.com

L’association AFPR rencontre les commerçants mercredi

    Image

Photo RL /Pierre HECKLER

L’Association française de premiers répondants (AFPR) entend communiquer, recruter et étoffer son réseau de secouristes pour optimiser les chances de sauver les victimes d’arrêt cardiaque. Dans cet objectif, elle proposera des ateliers au Beffroi, à Thionville, mercredi 19 juin, de 10 h à 19 h. Des secouristes expérimentés assureront des initiations ou des rappels au massage cardiaque avec des mannequins.

Des représentants de l’association iront également à la rencontre de la population et de commerçants au centre-ville, afin de les sensibiliser à la cause. La mascotte de l’association attirera forcément les regards… Il s’agit d’un guépard, en écho à la vitesse d’intervention des premiers répondants, dès qu’une alerte est passée.

F.T.


Bubu
Site Admin
Messages : 1115
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Articles généraux

Messagepar Bubu » 21 juil. 2019, 17:04

Le Républicain Lorrain du 19/06/2019 - Par Léa PRATI - Photo RL /Julio PELAEZ

Solidarité - Secourisme : un réseau de commerçants au grand cœur

    Image

En parallèle de sa présence dans le centre-ville, l’association a organisé des ateliers, au beffroi, à Thionville. Massage cardiaque et bouche-à-bouche… le but est de sensibiliser et de rallier le plus de personnes à la cause. Photo RL /Julio PELAEZ


L’Association française des premiers répondants (AFPR) entend se faire connaître. De nombreux commerçants se portent volontaires pour rejoindre son action solidaire : intervenir rapidement sur un arrêt cardiaque pour (peut-être) sauver une vie.

Ce mercredi, les représentants de l’Association française des premiers répondants (AFPR) ont rencontré les commerçants du centre pour les sensibiliser à la cause, les informer, et pourquoi pas recruter de nouveaux secouristes L’association propose gratuitement une formation régulière des gestes de base pour permettre aux commerçants de prodiguer les premiers soins. Le but de ce projet est de créer un maillage de proximité pour qu’ils puissent intervenir le plus rapidement possible en cas d’arrêt cardiaque.

Aider son prochain

Une initiative qui a fonctionné puisque de nombreux professionnels se sont portés volontaires pour participer à ce projet. « Je suis infirmière de formation, et je me suis sentie directement concernée. Ce projet permet une prise en charge rapide mais surtout d’éviter les séquelles », explique Caroline Hein, propriétaire du magasin Dix doigts, deux pieds. Et Caroline Hein est loin d’être la seule à encourager cette initiative. Pharmacies, boucherie, boutiques de vêtements… beaucoup sont intéressés. « Plus on sera nombreux à être formé au secourisme, plus de personnes auront la chance d’être sauvées », explique Valérie Bichel, responsable de Bonheurs partagés.

Apprendre les premiers gestes

15 % des Français seulement connaissent les gestes de premiers secours. Et lors d’un arrêt cardiaque, les minutes comptent. Intervenir en attendant l’arrivée des pompiers peut être décisif. « C’est vrai que je ne connais même pas les premiers gestes de soin. Cette formation peut être intéressante si elle permet de sauver des vies. De plus, nous sommes trois vendeuses dans le magasin, donc trois fois plus de chances », explique Catherine Joyeux, au magasin L’instant.

Une mascotte qui fait fureur

Frédéric Leybold, président de l’association AFPR, a entrepris cette démarche de sensibilisation il y a quelques semaines déjà, et notamment lors de la course La Thionvilloise, où il s’est rendu accompagné de la mascotte, un guépard faisant écho à la vitesse d’intervention des premiers répondants. « Les gens étaient curieux. Les enfants voulaient prendre une photo avec elle, et même les parents. L’avantage, c’est que de nombreuses personnes ont publié sur les réseaux sociaux en nous mentionnant. Ça nous donne une bonne visibilité ».

Rebelote en centre-ville de Thionville ce mercredi. La mascotte était de retour pour la photo et présenter l’association aux commerçants. Un moyen d’élargir et d’étoffer le réseau de secouristes déjà existant. Mais surtout de sauver encore plus de vies.

Léa PRATI


Bubu
Site Admin
Messages : 1115
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Articles généraux

Messagepar Bubu » 28 juil. 2019, 11:47

Le Républicain Lorrain du 11/07/2019 - Par Delphine DELMATTE - Photo archives RL /Maury GOLINI

Le policier secourt un homme victime d’un malaise cardiaque

    Image

Sans l’application AFPR, ce jeune gardien de la paix, qui est aussi sapeur-pompier volontaire, n’aurait pas pu être aussi réactif alors que les premières minutes sont capitales en cas d’arrêt cardio-respiratoire. Photo archives RL /Maury GOLINI


Sans la maîtrise des gestes de premiers secours effectués par Christophe, gardien de la paix et sapeur-pompier volontaire, et l’application de l’Association française des premiers répondants, un quinquagénaire serait certainement décédé d’un malaise cardiaque, mardi soir dans un appartement du centre-ville.

« Le hasard fait souvent bien les choses », comme le dit l’adage populaire qui s’est vérifié, une nouvelle fois, ce mardi 9 juillet en soirée. En effet, sans le bon réflexe de cette patrouille de policiers messins, et surtout sans la connaissance des gestes qui sauvent, un quinquagénaire serait sans doute décédé. Alors que l’homme, âgé de 54 ans, se trouve attablé chez son fils, rue des Clercs au centre-ville de Metz, il est terrassé par un malaise cardiaque. L’alerte est donnée aux secours et l’application de l’Association française des premiers répondants (AFPR) enclenchée.

L’excellent réflexe d’un jeune policier

Il se trouve que l’un des trois policiers de cet équipage de la Brigade spécialisée de terrain (BST) est aussi un sous-officier, sapeur-pompier volontaire sur son temps de loisirs au centre de secours de Hagondange. L’application de l’AFPR est donc tout naturellement installée sur son téléphone.

« J’ai reçu l’alerte alors que nous étions au commissariat, et pas en intervention. Du coup, il nous a fallu à peine deux minutes pour arriver sur les lieux », explique Christophe. « Quand on est arrivés dans l’appartement, l’homme était inanimé. Inconscient, il était en arrêt cardio-respiratoire depuis deux à trois minutes. J’avais pris avec moi la trousse de secours du véhicule de police. » Rapidement, ce gardien de la paix de 28 ans, qui fait preuve d’une bonne dose de sang-froid, prend les choses en main, aidé de ses deux collègues. À l’instar de tous les policiers de la sécurité publique, ils ont été formés à la prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC1). « Dans mes fonctions de policier ou de sapeur-pompier volontaire, je suis habitué à voir des choses dramatiques », souligne le jeune gardien de la paix.

Dans un état toujours préoccupant

Il commence à pratiquer le massage cardiaque, pendant une dizaine de minutes, sous les yeux des proches du quinquagénaire. Christophe est, ensuite, rejoint par un infirmier privé du Luxembourg qui avait, lui aussi, été alerté par l’application AFPR. Un collègue de Christophe file chercher un défibrillateur semi-automatique à la pharmacie la plus proche mais à son retour, quelques minutes plus tard, les sapeurs-pompiers étaient sur place.

Des minutes de massage et de secours qui s’avèrent capitales en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers, venus de Montigny-lès-Metz, et d’une équipe du Samu. Durant une quarantaine de minutes, les secours s’affairent sur la victime, réanimée, dont le pouls repart doucement. Pris en charge par les secours, l’homme a été transporté à l’hôpital de Mercy dans un état jugé préoccupant. Ce mercredi matin, il s’y trouvait toujours.

« Cette application de l’AFPR est vraiment très utile, conclut Christophe. Désormais, elle fait partie intégrante de la chaîne des secours. Je suis fier d’avoir pu aider cet homme. C’est le devoir de tout citoyen… J’espère pouvoir le rencontrer un jour. »

Delphine DEMATTE



Retourner vers « Défibrillateurs »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité