Diabète et sport

Association des Diabétiques Nord-Lorraine
Bubu
Site Admin
Messages : 1151
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Diabète et sport

Messagepar Bubu » 09 mars 2014, 13:40

Le Républicain Lorrain du 07/03/2014

Pierre Cuny : « Faites du sport ! » - Par A.T. - Photo Pierre HECKLER

    Image

Le Dr Pierre Cuny et son assistant Joëlle Nowak mènent un combat de tous les instants. La pompe à insuline a été une nouvelle étape importante pour les sportifs diabétiques. Photo Pierre HECKLER


Le chef de Pôle du CHR Metz-Thionville explique pourquoi les diabétiques doivent se dépenser.

Le sport, il connaît le Docteur Pierre Cuny ! N’a-t-il pas créé, dans sa jeunesse, un club de football (le COS Villers-lès-Nancy) et évolué en Division honneur régional ? « Maintenant, c’est course à pied ou vélo ! » Chaque jour, sa profession le rapproche de sa passion : « Le sport et le diabète forment un couple fusionnel et nécessaire ». Jolie formule.

Et, hasard professionnel, alors qu’il se trouvait en congrès à Chicago, ce grand spécialiste en endocrinologie-diabétologie-nutrition a assisté à la présentation de l’équipe cycliste Novo Nordisk, composée de 100 % d’athlètes diabétiques de type 1, à ne pas mélanger avec ceux de type 2 : « C’est comme confondre le ski de fond et le ski alpin, les deux se pratiquent sur la neige mais n’ont rien à voir ! Le type 1 est une maladie auto-immune qui atteint les jeunes. Le type 2 arrive à la maturité, souvent quand on est en surpoids… »

Cette différence, on la retrouvera dans la pratique sportive. En partant d’un postulat sans équivoque : « Le diabétique doit faire du sport, ou une activité physique ! », prévient Pierre Cuny. « D’une façon générale, cela permet de combattre les kilos de trop et l’impact psychologique se révèle important. Le sport aide à avoir une image positive de soi. »

D’ailleurs, après avoir échangé avec Pierre Cuny, fils du père (Gérard) de la gériatrie en France, l’envie vous prend de chausser les baskets… « Pour le type 1, aucune contre-indication. Il n’existe plus d’interdiction depuis 1956 ! Le premier diabétique a été accepté aux JO de Melbourne. Pour l’asthme, c’était pareil. Depuis, les nageurs Mark Spitz ( 7 médailles d’or aux JO de 1972) et Michael Phelps (18 fois l’or sur trois olympiades) ont prouvé pas mal de choses ! »

Haut niveau conseillé

Aucun interdit ? Certains parents doivent l’admettre et ranger définitivement leurs craintes au rayon des mauvais souvenirs. « Pour le type 1, tous les sports sont autorisés. Ces interdits datent de ceux que l’on avait jusque dans les années 1970. Il fut un temps où l’on mourait du diabète. Maintenant, les progrès sont tels que nous sommes dans le confort et la qualité de vie. Donc, on a droit à toutes les pratiques. Mais au préalable, il faut un diabète équilibré. J’ai des copains qui font de l’alpinisme. Il n’y a pas plus de risques que pour un autre sportif. Pour les personnes du type 2, sujettes à une fragilité cardio-vasculaire, il faut se diriger vers des disciplines comme la marche nordique, la course, le cyclisme… »

Allons plus loin… Les sports seraient-ils tous sur le même pied d’égalité face au diabète ? « Certains nous posent davantage de problèmes. Le grand stress nuit à l’équilibre du diabète. Et ce stress est plus facilement constaté en tennis, au judo, dans les sports de combat. »

Plus haut, plus vite… La devise appartient quand même pleinement aux diabétiques au sommet de leur art. « Au contraire, le haut niveau améliore le diabète. Il n’existe aucun danger sous couvert d’une relation suivie avec son médecin et d’un apport nutritionnel approprié. Quelqu’un qui fait des apnées du sommeil et s’endort au volant est bien plus dangereux qu’un diabétique équilibré. Il n’y a plus de raisons de se montrer restrictif. Nous avons les outils. »

A. T.




Bubu
Site Admin
Messages : 1151
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 20 mai 2014, 13:32

Le Républicain Lorrain du 18/05/2014

David Sutter - Il court, il court David - Par S.F. - Photo Armand FLOHR

    Image


Le 19 juillet, David Sutter parcourra 90 km au profit de Dianolor. Photo Armand FLOHR


David Sutter aime chausser les baskets et parcourir le monde. Accro au trail depuis dix ans, il a décidé de courir pour la bonne cause. Le 19 juillet, il enchaînera les kilomètres au profit de Dianolor.

En 2009, il faisait la Une des journaux. En participant à un trail de 300 km au Népal, David Sutter est devenu une référence dans le monde des passionnés de trails. Pourtant, au départ, le Thionvillois était davantage un adepte du macadam. « Dans ma jeunesse je faisais du basket. C’est à l’armée que j’ai commencé à courir. J’ai ressenti un sentiment de liberté incroyable. Par rapport aux entraînements, je pouvais chausser les baskets quand bon me semble. » Au fur et à mesure de ses sorties et des rencontres, il a rejoint le club de Gandrange. « Un jour, comme Forrest Gump, j’en ai eu marre de courir sur route et je me suis lancé dans les trails. Les épreuves sont différentes, les distances plus longues. Le trail offre un contact privilégié avec la nature. »

90 km pour Dianolor

Régulièrement, l’aide-soignant enfile le dossard et trace sa route. Réunion, Népal, France, Espagne… rien ne l’arrête. « Je cours entre 250 et 400 km par mois. Courir, ce n’est pas seulement mettre un dossard, c’est avant tout un plaisir. On y prend goût et pour l’hygiène de vie c’est excellent. »

L’an dernier, avec des copains, il s’est lancé sur le G5 entre Mondorf-les-Bains et Metz. En juillet, il remettra ça, en solo, pour la bonne cause. « J’avais envie depuis longtemps de courir pour quelque chose. J’ai un ami qui est biologiste et ma grand-mère était diabétique, alors je me suis dit pourquoi ne pas courir pour Dianolor. »

Le départ sera donné le 19 juillet à Bayonville-sur-Mad. « Je prévois de parcourir 90 km sur le G5 jusqu’à Rumelange en passant par Rombas et Algrange. » Sur le plan personnel il n’y gagnera rien, à part quelques courbatures, mais il a l’habitude, et un bon entraînement pour ses prochaines épreuves dans les Alpes.

« Le 19 juillet, il n’y aura pas de classement, je le fais pour l’association. Il n’y a pas la pression de la course. C’est davantage une épreuve personnelle. Plus tard, je me dirai que j’ai fait quelque chose de bien. » Car David est certes mordu mais il a les pieds sur terre. « Il n’y a pas que le trail dans la vie. » La chute est vite arrivée. « En 2010, je me suis blessé. Je n’ai pas pu courir durant plus d’un mois. Aujourd’hui, à 45 ans, je fais davantage attention, je ne tape plus dedans comme avant. » Quant à savoir s’il retenterait le Népal, il l’avoue : « A peine rentré, je voulais repartir, mais à présent je sais à quoi m’attendre, c’est très physique. J’en garde d’excellents souvenirs ».

Alors certes, en juillet, l’épreuve sera plus modeste, il se donne dix heures pour franchir la ligne d’arrivée, mais à ses yeux elle est tout aussi importante. « Pourquoi le 19 juillet, je ne sais pas, ce sera trois jours après mon anniversaire et j’aurai le dimanche pour me reposer. Ah, maintenant que j’y pense, ce sera le jour du décès de ma grand-mère… Un hasard. Des cagnottes vont être installées dans les laboratoires Evolab, en mairie et un peu partout. Quitte à courir, autant le faire pour quelque chose. »

S. F.


Bubu
Site Admin
Messages : 1151
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 01 août 2014, 16:56

Le Républicain Lorrain du 18/07/2014

90 km de course au profit de Dianolor - Photo Armand FLOHR

    Image


Le Thionvillois David Sutter parcourra 90 km ce samedi au profit de l’association Dainolor. Photo Armand FLOHR.


Dans le monde de la course à pied et plus particulièrement du trail, David Sutter est une référence. Il s’est notamment illustré en 2009 lors des 300 km du Népal.

Samedi, il chaussera les baskets à Arnaville et parcourra 90 km jusqu’à Rumelange au Luxembourg. Des kilomètres au profit de l’association Dianolor.

Le départ est prévu à 5h et l’arrivée à 16h. Il s’élancera en solo. Une première pour cet aide-soignant. « Le 19 juillet, il n’y aura pas de classement, je le fais pour l’association. Il n’y a pas la pression de la course. C’est davantage une épreuve personnelle. Ma grand-mère était diabétique. Plus tard, je me dirai que j’ai fait quelque chose de bien. »

En vue de récolter un peu d’argent, des cagnottes ont été déposées dans les laboratoires Evolab et à la mairie de Thionville. Samedi, les supporters sont attendus sur le GR5 pour encourager David Sutter.


Bubu
Site Admin
Messages : 1151
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 09 août 2014, 16:35

Le Républicain Lorrain du 22/07/2014

Initiative à Thionville - 92 km au profit d’AFD 57 - Photo DR

    Image

Photo DR


Il l’a fait : samedi à 5h du matin, David Sutter, sportif thionvillois, est parti d’Arnaville et a parcouru 92 km en 11h22 pour environ 4 000 m de dénivelé cumulé, « un bon temps pour moi malgré la grosse chaleur ».

Ce défi, il se l’était lancé il y a quelques mois. Objectif : courir pour l’AFD 57 qui vient en aide aux personnes diabétiques.

Des cagnottes ont pris place dans les laboratoires Evolab dès le mois de juin et dans des mairies. Une belle initiative.



Les photos :

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

Bubu
Site Admin
Messages : 1151
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 16 nov. 2014, 15:45

Le trail de David SUTTER : remise de la cagnotte

    Image

    Le 19 juillet dernier, David Sutter fidèle à sa promesse s’élançait d’Arnaville (Meuse) malgré la canicule sur le GR5 de Moselle pour réaliser son souhait de courir pour l’Association des Diabétiques de Nord Lorraine.

    Les premières dizaines de kilomètres dans la fraicheur relative du matin furent pour lui une balade agréable. Mais le soleil dardant ses rayons de plus en plus chaud le rythme devint moins soutenu.

    L’idée d’abandonner ne lui a pas effleuré l’esprit mais les jambes devenaient de plus en plus lourdes au fur et à mesure que les kilomètres le rapprochaient du but.

    Malgré la bonne volonté et le soutien d’un ami coureur qui l’a accompagné depuis midi il n’a pas pu rejoindre Rumelange (Gd Duché du Luxembourg) en dix heures comme il l’espérait mais en en 11h 22 minutes. Une sacrée performance tout de même !!!

    Il fut heureux de nous remettre lors d’un après-midi de détente le résultat de ses cagnottes déposées dans le réseau des Laboratoires Evolab : 125 euros et un don de 300 euros.

    On dit à ce sympathique coureur un grand merci au nom de tous les membres de l’AFD 57 - Association des Diabétiques de Nord Lorraine.



Retourner vers « Dianolor - AFD57 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité