Octobre Rose 2022 - Les actions

Une course-marche 100% féminine à Thionville au profit de la lutte contre le cancer du sein
Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 27/09/2022 - Par C. F. - Photo RL/Armand FLOHR

Guénange - Une course sans classement ni chrono pour Octobre rose
  • Image
La Ville, le centre social et quelques associations se mobilisent en faveur de la lutte contre le cancer du sein. Rendez-vous dans deux semaines pour courir ou marcher. Photo RL/Armand FLOHR
Octobre rose est en approche et cette année, Guénange prend sérieusement le train de l’événementiel en route. Dimanche 2 octobre, une course (ou marche) est organisée en faveur de la lutte contre le cancer du sein. L’après-midi, des professionnels de santé prennent le relais. On détaille.

Après Metz, Thionville, Florange et tant d’autres, Guénange prend la lutte contre le cancer du sein à bras-le-corps. Dimanche 2 octobre, une course (ou marche) est organisée afin de mettre en lumière cette maladie qui frappe désormais 8 femmes sur 10 et collecter des fonds en direction de la Ligue contre le cancer. Des fonds qui contribuent pour partie à la recherche mais aussi à l’amélioration du confort de vie des malades (ateliers de sophrologie ou de soins esthétiques par exemple).

C’est la première fois que la Ville de Guénange se lance vraiment dans la course. « Oui. L’année dernière, nous avions simplement illuminé la tour de la mairie en rose mais je pense qu’il y a encore de la place pour une nouvelle manifestation. C’est pourquoi nous avons mis en place un programme beaucoup plus important. Nous avons travaillé en lien avec la Ligue contre le cancer, le centre social et aussi l’association des Dames de Cœur de Thionville. Le but est que nous soyons le plus nombreux possible pour collecter le plus de fonds possible », détaille l’adjointe au maire, Isabelle Noirot, qui est à l’origine de cette initiative.

Courir et s’informer

La règle de participation à la course (ou grande marche) reste immuable : il suffit de s’acquitter d’un droit d’entrée de 3 € et porter un tee-shirt rose (ou tout autre accessoire de la même couleur). Le centre social sera le point de départ et d’arrivée du parcours.

Ou plutôt des parcours, puisqu’il existe une boucle de 7 kilomètres et une autre de 14 kilomètres. Chacune passera dans la forêt et en ville. « Le club d’athlétisme balisera le chemin », précise Isabelle Noirot. Les départs s’échelonneront de 10 h à 12 h. Il n’y aura pas de chrono et encore moins de classement.

À midi, des producteurs locaux proposeront de la petite restauration. Pour l’après-midi (14 h-17 h), les organisateurs ont réuni un impressionnant plateau d’intervenants : sage-femme ; psychologue ; esthéticienne ; sophrologue… « Nous aurons aussi un spécialiste de la psychonomie (l’ostéopathie de 3e génération en quelque sorte) ; un atelier de taï-chi ; un autre d’écriture et de philosophie… Nous avons axé cet après-midi sur le thème “prendre soin de soi pendant et avant le cancer”. Les interventions s’adressent aussi bien aux patientes qu’à leurs proches », glisse Isabelle Noirot.

Quelle affluence ?

Difficile de prédire le succès à venir de la manifestation. Si l’on s’en tient au baromètre des partages sur Facebook, il risque d’y avoir pas mal de monde. « En une semaine, l’information a été partagée 5 538 fois », relève Isabelle Noirot. Octobre rose est (malheureusement) un sujet toujours prometteur.

Par C. F.
Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 28/09/2022 - Par S. F. - Photo RL

Rettel - La 4e Marche rose du Pays de Sierck aura lieu ce dimanche
  • Image
L’association Sports et Loisirs du Pays Sierckois organise sa Marche rose au départ de Rettel ce dimanche. Photo RL
L’association Sports et Loisirs du Pays Sierckois n’a jamais été gâtée par la météo pour sa Marche rose. Pourtant, la participation augmente : en 2021, 310 participants étaient présents pour un total de 5 355 € de dons et bénéfices collectés. La quatrième édition est annoncée pour ce dimanche 2 octobre au départ de Rettel.

Vous aimez marcher ? Vous voulez le faire pour la bonne cause ? Alors, direction Rettel ce dimanche 2 octobre ! L’association Sport et Loisirs du Pays Sierckois organise sa 4e Marche rose. « Après deux éditions à Sierck puis une à Contz, on a décidé de gagner Rettel sur proposition du maire, détaille Séverine Leick, à l’origine de l’événement. On travaille sur les parcours depuis cet été. »

Trois parcours proposés

Les participants sont attendus à la salle polyvalente dès 9 h. « Ils pourront tester trois nouveaux circuits de 4, 8 ou 13 km. Le petit est accessible aux familles avec enfants, les autres grimpent davantage. » Marcher est bon pour la santé après tout !

Cette action s’inscrit dans le cadre de la manifestation d’Octobre rose. « Tous les bénéfices sont versés à l’Institut de cancérologie de Lorraine. En 2021, malgré la pluie, nous avions attiré 310 personnes et avions obtenu 5 355 € de dons. Il faut savoir que c’est déductible des impôts. »

Le rose est de mise

Cet événement sera l’occasion de s’aérer l’esprit et de soutenir une belle action. « On vient comme on est, en portant un vêtement ou un accessoire rose, ajoute Séverine Leick. On proposera une petite restauration et des boissons à l’arrivée. Les marcheurs et les coureurs seront au chaud dans la salle de Rettel. Nous aurons tout balisé. »

La participation est gratuite. « On donne ce que l’on veut », conclut-elle.

Par S. F.

Ajout 10/10/2022 : pour visualiser les photos de la Marche Rose : cliquez ici

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 02/10/2022 - Par Chrystelle FOLNY - Photo RL/Armand FLOHR

Guénange - Octobre rose : la première Guénangeoise accroche 300 participants
  • Image
À quelques minutes du départ, sous une pluie battante, l’incontournable séance de zumba a réchauffé l’ambiance à Guénange. Photo RL/Armand FLOHR
Ce dimanche 2 octobre, la pluie battante a certainement découragé plus d’un candidat à la course de la Guénangeoise, organisée pour Octobre rose. Malgré tout, les organisateurs n’ont pas à rougir de cette première initiative : 300 personnes ont mouillé le maillot pour soutenir la lutte contre le cancer du sein. Encourageant pour la suite.

Guénange s’est réveillé sous un vilain crachin ce dimanche, ce qui n’a toutefois pas suffi à plomber la première Guénangeoise. La course (ou marche) organisée par la municipalité au profit de la lutte contre le cancer du sein a rencontré son public.

Sur le parking du centre social, une nuée de courageux s’agglutine dans la bonne humeur. Il y a beaucoup de femmes, des familles entières, des groupes d’amis, des jeunes mobilisés par les éducateurs d’Apsis-Émergence et des grands-parents, des collègues venus en groupe comme ceux du voyagiste Euro Moselle ou des associations à l’instar de la CLCV. On reconnaît aussi les élus locaux qui ont enfilé chasubles ou tee-shirts rose fluo, symboles de l’incontournable lutte contre le cancer du sein qui revient en octobre partout en France.

Pour une première, la Guénangeoise se montre finalement satisfaisante vu les circonstances. « Le coup est parti. On fera forcément mieux la prochaine fois, mais les gens sont au rendez-vous et c’est ce qui compte », lâche l’adjointe au maire Isabelle Noirot. Elle mise aussi sur les ateliers de l’après-midi, consacrés aux soins des malades et à l’accompagnement des aidants.

« On a perdu une amie à même pas 40 ans… »

10 h. Le maire donne le coup d’envoi sous une pluie battante et le club de zumba prend la relève. « Les filles donnent la pêche ! », nous crie Tina dans l’oreille. La joggeuse est venue avec ses copines ; toutes ont plusieurs courses d’Octobre rose dans les jambes. Le sujet les concerne : « On a perdu une amie à même pas 40 ans… »

À la table d’inscription, Fanny distribue les derniers dossards. Les chiffres défilent : au final, 300 personnes viennent de s’engager. Un joli galop d’essai.

Par Chrystelle FOLNY

Pour visualiser les autres photos de Armand FLOHR : cliquez ici

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 05/10/2022 - Photo archives RL/Karim SIAR

Cattenom - Demandez le programme de la Marche rose du 16 octobre
  • Image
La Marche rose du dimanche 16 octobre à Cattenom associera musique, danse et convivialité. Elle sera au profit de la lutte contre le cancer du sein. Photo archives RL/Karim SIARI
La Marche rose de Cattenom aura lieu le dimanche 16 octobre. Organisée dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein, elle proposera plusieurs petits événements d’agréments et de gastronomie. Les objectifs : rassembler pour la bonne cause et se mobiliser pour le dépistage du cancer du sein.

La 4e édition de la Marche rose de Cattenom sera organisée le dimanche 16 octobre. Elle militera contre le cancer du sein et proposera deux parcours de 8, 5 et de 11,5 km. Les inscriptions et départs se feront au gymnase de Cattenom, route du Luxembourg, entre 8 h 30 et 10 h 30, au tarif de 7 €.

Chaque participant recevra un joli gobelet réutilisable de couleur rose à mettre autour du cou pour s’abreuver aux deux points de ravitaillement. Au départ sera tenue une buvette, avec des gâteaux préparés par les parents et enfants des écoles et du collège Charles-Péguy de Cattenom. Deux ravitaillements sont prévus : un l’un au contrôle technique de Cattenom-Husange avec des danses et des percussions africaines ; l’autre au niveau du Bar Bac où un duo de saxophonistes fera la première partie du groupe Karimba Samba.

Nouveautés cette année

Entre 11 h et 12 h au gymnase sera proposée une initiation à la zumba par Sandy du CLC (Cattenom Loisirs Culture), ouverte aux marcheurs sans supplément et aux non marcheurs en réglant l’entrée.

De plus, La Barac à Fred sera présente pour servir burgers, cheeseburgers, saucisses blanches et frites, etc. Il sera aussi possible de déguster un repas du terroir servi au gymnase avec une assiette de cochon de lait en gelée et des pommes de terre rôties, le tout pour 15 €. Réservation et règlement avant ce samedi 8 octobre au Contrôle technique de Cattenom ou lors de la permanence au Décathlon de Yutz ce vendredi 7 octobre de 16 h à 19 h 30. Accessible aux non-marcheurs.

Enfin, des exposants seront présents au gymnase : les savons de Sophie, La Santé au Naturel de Marie-Laure, la collection de vêtements de Sandrine Back et Terralia pour présenter leur projet du Domaine de Dyane.

Site internet de la marche : cliquez ici

MAJ du 25/10/2022 : pour visualiser les photos sur le site du Républicain Lorrain : cliquez ici
  • Image
Photos de la marche rose organisée le dimanche 16 octobre par Auto Sécurité Cattenom et la mairie de Cattenom. Images proposées par " Auto Sécurité Cattenom et Mairie de Cattenom (Cattenom) "
Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 09/10/2022 - Photo RL/Philippe NEU

Yutz - La Yussoise réunit 700 coureurs-marcheurs solidaires
  • Image
Les deux mêmes parcours immuables de La Yussoise étaient proposés : une course de 8,7 km et une marche de 4,3 km. Sans chrono, ni classement. Photo RL/Philippe NEU
La course-marche solidaire La Yussoise s’est élancée particulièrement guillerette, ce dimanche 9 octobre matin à l’Aéroparc. Pourquoi ? Parce qu’en quatre éditions, c’était la première fois que la pluie n’était pas au rendez-vous. Du coup, près de 700 participants ont effectué le parcours au profit de la lutte contre le cancer.

Bien sûr, le record de 2019 à l’occasion de la première Yussoise et ses 1 800 participants n’a pas été atteint cette année, mais là n’est pas le plus important. Pour les organisateurs, ce qui prime, c’est de maintenir « l’esprit familial de notre course-marche solidaire qui fait notre force », s’enorgueillit Carole Cornuez, la fondatrice de la manifestation.

Plus de 700 tee-shirts pour autant de participants ont été écoulés ce dimanche 9 octobre. « Il ne reste guère que des tailles XXL. On est obligés de taper dans le stock de l’année dernière », avoue Carole pour qui la commande de tee-shirts est chaque année un casse-tête. « Le but, c’est de ne pas se tromper. »

Le marathon pour concurrent

Autre casse-tête : ne pas interférer avec d’autres manifestations le jour J. Manque de pot, La Yussoise est tombée pile poil le jour du marathon de l’Eurométropole de Metz … Bon, ce n’est pas vraiment le même public non plus, mais les « vrais » coureurs auront sans doute eu vite fait de choisir leur parcours. « On s’est fait un devoir pour notre part de ne pas entrer en concurrence avec La Thionvilloise, qui est organisée en juin. C’est pourquoi on a fixé notre événement à octobre, en lien avec l’opération Octobre rose », poursuit Mme Cornuez.
Former un tissu associatif

Pour cette 4e édition, cette femme débordant d’énergie communicative a pu compter sur le soutien de 70 bénévoles, dont une cinquantaine de signaleurs : « Cette mobilisation nous permet aussi de créer des liens avec les autres associations de la ville et de pouvoir nous entraider à l’avenir ».

Pour Sandrine Legay, présidente de Poussière d’étoiles , l’association qui met en œuvre cette manifestation solidaire, présente depuis le début, « cette journée correspond à l’aboutissement de tous les efforts consentis sur une année. »

Réflexion sur les actions

Pour ce qui est des actions qui seront réalisées avec les bénéfices, après avoir exaucé le rêve d’enfants hospitalisés au CHRU de Nancy Brabois, comme participer à un concert de Vianney ou déjeuner au restaurant de Cyril Lignac, « on réfléchit encore, avoue la présidente. L’objectif est d’aider tous les cancers et pas un seul. »

Mais le véritable événement de cette journée restera cette météo radieuse. « C’est la première fois en quatre éditions qu’il ne pleut pas, savoure Carole Cornuez. C’était un peu devenu notre marque de fabrique. » De quoi profiter pleinement de ce fantastique écrin de verdure qu’est l’Aéroparc. Et ce n’est pas Clémence Pouget, la maire de Yutz, présente au moment du départ, qui dira le contraire.
Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 09/10/2022 - Photo RL/Julio PELAEZ

Audun-le-Tiche - Octobre rose : demandez le programme
  • Image
Octobre est LE mois de lutte contre le cancer du sein. Photo RL/Julio PELAEZ
Ça y est, la Ville d’Audun-le-Tiche emboîte le pas aux villes soutenant l’opération Octobre rose depuis 26 ans en France, mais aussi à travers le monde. Plusieurs manifestations sont prévues pour soutenir et surtout sensibiliser au dépistage précoce du cancer du sein.

Comme de nombreuses localités, Audun-le-Tiche va passer au rose en ce mois d’octobre. C’est sous le nom des « Roses Audunoises » que la municipalité participera à cette mobilisation nationale en faveur du dépistage de cancer du sein. La localité se sent concernée par cette initiative, d’autant que de nouveaux habitants, notamment des Portugais, arrivent. Elle espère qu’en organisant Octobre rose, la barrière de la langue, qui constitue un obstacle sérieux à ce dépistage, sera franchie.

Programme de ce week-end :
  • Vendredi 21 octobre sera organisée la soirée « Les Roses Audunoise », au cours de laquelle se déroulera une conférence-débat de 20 h à 22 h sur l’éducation au dépistage, animée par l’association Lammba et suivie d’un moment convivial.
  • Samedi 22 octobre, une soirée filles à partir de 19 h permettra de participer à des ateliers bien-être et d’éducation à l’autopalpation. Assiette dînatoire offerte. Sur inscription au 06 35 11 86 93. La soirée se poursuivra avec un karaoké à 21 h. Ces deux manifestations se dérouleront au centre socioculturel. Entrée libre.
  • Dimanche 23 octobre, une marche familiale organisée en collaboration avec Le Train 11 partira à 9 h 30 de la salle Jean-Moulin pour un parcours de 5 km dans les rues de la localité. Un food-truck sera aussi présent. Participation à 2 € et à 5 € avec le t-shirt de la manifestation. L’après-midi, à 15 h, du théâtre est prévu à la salle de spectacle de la MJC avec la pièce Isabel Green de la Cie Belladonna. Déconseillé aux moins de 12 ans. Tous les bénéfices du week-end seront reversés à l’association Dames de Cœur.
Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 12/10/2022

Fontoy - Basket : unis avec Les Clovers dimanche pour Octobre rose
Avec sa nouvelle entité, l’équipe seniore féminine du Basket-club Boulange-Fontoy, les Clovers, et le club local vont s’engager dans la grande opération d’Octobre rose, tant dans la commune de Boulange, avec d’autres associations mais également à Fontoy, salle Pierre-Scheyer, ce dimanche 16 octobre. Les joueuses vous attendent très nombreux à ce rendez-vous phare du week-end. En effet, avant d’affronter l’ASPTT Metz en championnat à 15 h 30, les portes de la salle seront ouvertes une heure avant, à 14 h 30. Le but est de rassembler le plus de monde possible pour une photo géante, vers 15 h 15, avec tous les participants à l’opération qui auront, au préalable, revêtu un tee-shirt, sweat-shirt, chemise rose. A l’entrée aura lieu une distribution de ballons roses et des fonds seront récoltés dans une tirelire déposée dans la salle et totalement reversés à la Ligue contre le Cancer.

Alors venez nombreux à cette manifestation pour la bonne cause d’une part, mais aussi porter les basketteuses locales vers un troisième succès consécutif.
Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 13/10/2022 - Photo RL

Boulange - Municipalité et associations s’activent pour Octobre Rose
  • Image
Des ballons roses forment une arche devant l’escalier de la mairie. Photo RL
Du 15 au 20 octobre, des animations sont mises en place par le CCAS et des associations afin de récolter de l’argent pour la Ligue contre le cancer :

- Le dimanche 16 à 15 h 30, l’équipe senior féminine de basket Boulange-Fontoy jouera un match contre l’ASPTT Metz Basket (tirelire déposée au niveau de la buvette). Les spectateurs sont invités à venir avec un vêtement rose. Des membres d’autres équipes féminines jeunes devraient être présentes, salle Pierre-Scheyer à Fontoy.

- Le lundi 17, de 14 h 30 à 17 h 30, Le Sillon proposera un atelier de confection de muffins et de madeleines roses. Les places sont limitées. Espace Riom, rue de Verdun.

Atelier de sensibilisation au dépistage

- Le mercredi 19 à partir de 15 h, à l’Espace Riom, la directrice de la Ligue contre le cancer animera un atelier Sensibilisation au dépistage du cancer du sein, avec un buste de palpation, des flyers et bien d’autres informations. Ce sera une première ! Elle répondra aussi aux questions que se posent les femmes au sujet de la mammographie. Le Sillon offrira un gâteau rose et un café à chaque participant(e).

- Le mercredi après-midi, le périscolaire, le club de gym et les bénévoles du Sillon proposeront à la vente certaines de leurs créations. Toutes les sommes récoltées dans le cadre de ces opérations seront remises à la Ligue contre le cancer.

Une cagnotte sera disponible durant toute la semaine lors des séances du club de gym à l’Espace Riom, rue des Écoles ainsi qu’à la mairie, aux heures d’ouverture au public.
Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 18/10/2022 - Photo RL

Villerupt - 200 participants à la Marche rose
  • Image
Trois marcheuses bien décidées à marcher 10 km pour le dépistage du cancer du sein !
Il y avait moins de participants que l’an dernier à la Marche rose organisée par la municipalité et le CCAS de Villerupt, en grande partie à cause de la pluie battante, ce dimanche.

Le résultat est tout de même positif grâce à l’implication de nombreux partenaires. Les commerçants et artisans de la ville ont bien soutenu l’opération Octobre Rose en décorant leurs vitrines en rose et en proposant à leurs clients des t-shirts, plus de 400 ont été vendus.

Les enfants du périscolaire avaient fabriqué des tirelires déposées dans les commerces de la ville. Plusieurs stands de prévention (CPAM, Ligue contre le Cancer, SOS Santé) avaient été installés au Village Santé sur le parking de l’Espace Jeunesse. Avant le départ de la marche, Vincent Piras, entraîneur au Boxing-club, a organisé une séance d’échauffement ; elle a été suivie par la danse flash mob chorégraphiée par Élodie Ciscato de l’association 18 Pas.

Puis a débuté la Marche rose, un parcours de 5 km au parcours de santé Pierre-Poulain ou de 10 km dans la forêt, au Bois de la Dame, sur le ban de Tiercelet, avec un ravitaillement au rond-point à Bréhain.

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 19/10/2022 - Par Lucie BOUVAREL - Photo RL

Hayange : « Le cancer du sein, parlons-en ! »
  • Image
Pour la seconde année consécutive, une journée d’échanges autour du dépistage du cancer du sein était proposée aux lycéens hayangeois en partenariat avec la clinique Claude-Bernard et Feminae Institut du sein de Moselle. Photo RL
Dans le cadre d’octobre rose, une matinée d’échanges était proposée, mercredi, à une cinquantaine d’élèves du lycée Maryse-Bastié de Hayange, en partenariat avec l’hôpital clinique Claude-Bernard. L’occasion de rappeler l’importance du dépistage et d’encourager les jeunes femmes à s’informer.

« Vous venez de sauver la patiente », sourit le docteur Aurélie Pélissier, en remerciant les élèves de terminale ASSP (Accompagnement soins et services à la personne) du lycée professionnel Maryse-Bastié. Les lycéens étaient engagés, ce mercredi matin, dans différents ateliers d’échanges autour de l’importance du dépistage du cancer du sein. La gynécologue et présidente de l’association Feminae à l’Hôpital clinique Claude-Bernard , les a notamment sensibilisés à l’autopalpation.

« C’est un geste simple et rapide, que chaque femme peut réaliser une fois par mois (la semaine suivant ses règles). Le but n’est pas de diagnostiquer un cancer mais de prendre une habitude pour repérer un jour quelque chose de différent et aller consulter très tôt un gynécologue ou une sage-femme […] On n’en voudra jamais à un patient de venir pour être rassuré », insiste le médecin.

Sensibiliser toutes les femmes

Les lycéens – filles et garçons – ont joué le jeu avec sérieux et attention. L’exercice, sur un buste artificiel, a permis à chacun de ressentir assez facilement une « petite boule mobile », typiquement quelque chose de bénin, mais aussi l’aspect irrégulier de la peau ou un ganglion sous le bras et des tumeurs dures et compactes, malheureusement, déjà bien présentes ici. « La majorité des petites tumeurs n’entraîne pas d’ablation du sein », rassure le médecin. « Détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut être guéri dans neuf cas sur dix. »

Si les lycéens ne sont pas le premier public à risques, cette matinée d’échanges est surtout le moyen d’encourager les jeunes femmes à s’informer sur leur santé mais aussi à sensibiliser leur famille, leur entourage… Alors qu’une mammographie de contrôle est conseillée et prise en charge pour toutes les femmes à partir de cinquante ans, « moins de la moitié des femmes répond à ce dépistage », regrette Aurélie Pélissier. « On sait que si le message vient de l’entourage, des enfants aux parents, l’impact est plus fort. »

La rencontre, organisée pour la deuxième année consécutive , a en tous les cas amené de multiples questions sans tabous : « Oui, l’autopalpation est efficace même sur un tout petit bonnet », « les hommes aussi peuvent être touchés par un cancer de sein », « porter, ou non, un soutien-gorge n’a aucun impact sur le risque de cancer », etc.

Par Lucie BOUVAREL

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 19/10/2022 - Photo RL

Cattenom - Marche rose : 700 personnes courent pour lutter contre le cancer du sein
  • Image
La zumba s’est invitée au gymnase et a égayé la Marche rose de Cattenom, menée pour lutter contre le cancer du sein. Photo RL
La Marche rose de Cattenom est une opération de prévention et de sensibilisation au cancer du sein. Au départ du gymnase, 700 marcheurs ont emprunté deux circuits de 8,5 km et 11,5 km. Musique et danses africaines, zumba, restauration et petit marché santé et beauté ont agrémenté cet événement.

Sensibiliser au cancer du sein et soutenir la recherche : tel était la mission (accomplie) de la Marche rose de Cattenom dimanche 16 octobre, qui s’inscrit dans le cadre d’Octobre rose. « Je suis fière des 700 participants malgré la météo défavorable et le contexte sanitaire et économique difficile. Cette cause mobilise la population, il y a beaucoup de dons », confie Marie-Agnès Lahaye-Dillmann, cheville ouvrière de la Team Building de cet événement porté par le contrôle technique automobile et la mairie.

Un événement animé et solidaire

Les participants ont bouclé les circuits de 8,5 et 11,5 km dans la bienveillance et le partage. « C’est festif, joyeux. Le public marche pour la bonne cause » témoigne Joëlle, une participante croisée sur le parcours.

Professionnels en santé et beauté, associations, collège de Cattenom (brioches roses et gâteaux) et collectivité se sont fédérés.

L’autre objectif visé par la marche était de souligner les bienfaits de l’activité sportive en général, dans la lutte contre la maladie ou en accompagnement dans les traitements curatifs et des chances supplémentaires de rémissions.

Musique et danse s’invitent aussi

Grâce aux marches précédentes, femmes, hommes, ados, enfants, bébés en poussettes et chiens tenus en laisse, tous vêtus de rose sous un léger crachin d’automne, ont marché. Ils se sont accordé une pause avec des danseurs et musiciens, venus les distraire aux haltes de ravitaillement.

Du fitness a aussi été organisé au gymnase, base de départ et d’arrivée des marches. Les amateurs de zumba s’y sont défoulés en imitant la gestuelle de Sandy, professeure de danse de l’association Cattenom Loisirs Culture. Pour finir, un clapping a eu lieu sur le dance floor pour l’ensemble de l’organisation.

Les bénéfices seront reversés à l’association des Dames de Cœur.

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 24/10/2022 - Photo RL

Villerupt - Octobre rose : un café quartier sur l’importance du dépistage
  • Image
Une quinzaine de participants ont écouté les conseils du docteur Marie-Paule Lang et des intervenants de l’hôpital de Mont-Saint-Martin. Photo RL
À partir de 50 ans et avant s’il y a des antécédents, le risque de développer un cancer du sein, le plus fréquent chez la femme, augmente. Son dépistage permet de détecter d’éventuelles lésions avant les premiers symptômes.

Dans le cadre d’Octobre rose, le CCAS de Villerupt a organisé un café quartier à la résidence Hessel pour sensibiliser le public à l’importance du dépistage. Une quinzaine de participants ont écouté les explications du docteur Marie-Paule Lang, pneumologue oncologue : « Le cancer du sein a doublé en quarante ans. Il peut être causé par des antécédents génétiques mais aussi par notre mode de vie, l’inactivité physique, la pollution, les produits toxiques… ».

Elle a utilisé un mannequin pour exposer la méthode de palpation des seins que chacune devrait faire souvent. D’autres renseignements ont été donnés par Aurélie Oulmi, chargée de mission prévention à la CPAM et Nathalie Lopes, cadre au secrétariat médical de l’hôpital de Mont-Saint-Martin.

Des prises de rendez-vous pour une mammographie gratuite ont été effectuées par Nathalie Lopes, manipulatrice radio à l’hôpital.

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 25/10/2022 - Propos recueillis par Cyrielle THEVENIN - Photo Sipa / SOPA Images

Octobre rose - Cancer du sein : « Allez consulter, ça sauve des vies » alerte cette influenceuse
  • Image
Une femme sur huit risque d'être touchée par un cancer du sein en France. Photo Sipa / SOPA Images
L'influenceuse Emilie Daudin a eu un cancer du sein triple négatif à l'âge de 33 ans. Elle a écrit un livre pour raconter son combat, et servir de guide aux femmes malades. Rencontre.

En France, une femme sur huit risque d'être touchée par un cancer du sein. S'il se guérit dans 90% des cas, le cancer du sein représente toujours la première cause de décès par cancer chez la femme. Tout le mois d'octobre, l'opération Octobre rose vise à sensibiliser et mobiliser le grand public contre le cancer du sein et promouvoir le dépistage précoce.

Emilie Daudin, plus connue sous le nom Instagram @emiliebrunette, a souffert d'un cancer du sein triple négatif à l'âge de 33 ans. Elle nous raconte son combat.
  • Image
Comment est née l'idée d'écrire ce livre sur votre combat ?

Quand j'ai eu mon cancer du sein, je suis allée en librairie et je n'ai pas trouvé un livre qui parlait à la fois de mon type de cancer et qui soit écrit par une patiente, une personne jeune ; qui puisse être à la fois une sorte de guide pour expliquer ce qu'est le cancer dans un jargon beaucoup plus compréhensible que le médical et retracer à la fois le côté parcours. Donc je me suis dit pourquoi pas l'écrire. J'avais beaucoup de personnes intéressées car j'avais de la visibilité sur Instagram, donc beaucoup de personnes m'avaient dit que le jour où je sortirais quelque chose, ils seraient intéressés. Le but c'était vraiment d'écrire l'ouvrage que j'aurais aimé avoir au début de mon traitement.

Quel message voulez-vous faire passer à travers votre livre ?

Il faut reprendre sa santé en main, ne pas négliger les examens, les ordonnances, écouter son corps aussi. Si on a la moindre douleur, allez consulter. Le livre c'est de dire aux femmes qu'elles doivent reprendre le pouvoir sur leur santé et sur leur corps, que si elles ont des réponses de médecins qui ne conviennent pas, aller frapper ailleurs. Moi j'avais des douleurs aux seins, on m'a dit pendant des mois que c'était une douleur musculaire et si j'avais su j'aurais été voir un gynécologue ou un médecin. C'est hyper important de reprendre le contrôle sur sa santé.

Vous évoquez dans votre livre la douleur que vous ressentiez, et cette première erreur de diagnostic médical, puis l'idée que ce n'était rien et le délai avant de consulter de nouveau. Comment convaincre les femmes d'aller se faire dépister au moindre doute ?

Plus on attend, plus ça peut être grave. Moi il s'est passé neuf mois, j'ai eu six tumeurs dans mon sein. J'ai eu beaucoup de chance, énormément de chance que les cellules cancéreuses n'aient pas muté dans un autre organe, car à l'heure qu'il est je ne serais plus là aujourd'hui. La peur n'évite pas les choses, on ne fait que reculer pour mieux sauter. Il vaut mieux éviter de faire l'autruche, même si c'est ce que font beaucoup de femmes car on a toujours peur quand on découvre quelque chose. La peur nous paralyse, alors qu'une fois qu'on a réalisé l'examen et qu'on voit qu'il n'y a rien, on est tellement soulagée et fière de nous...

Aller consulter, ça peut permettre de détecter quelque chose à temps, c'est génial. Faut pas avoir peur car l'examen ne fait pas mal. Ça peut permettre de sauver des vies. On a qu'un seul corps donc le jour où il déraille on est mal. Il vaut mieux détecter vraiment tôt la moindre anomalie pour ne pas avoir trop de conséquences derrière.

De quelle manière avez-vous annoncé que vous aviez un cancer à vos enfants ?

C'était compliqué, car ils étaient petits et je ne savais pas trop si je voulais leur dire ou pas. C'était un sujet de discussion avec mon conjoint qui n'était pas trop pour que je leur raconte. Mais j'ai bien senti qu'il y avait quelque chose de différent chez eux car ma fille se remettait à pleurer la nuit alors qu'elle dormait. Elle était tout bébé, elle avait un an mais je lui ai dit que j'avais un cancer et que j'allais guérir, que j'allais me battre pour la voir grandir.

Mon fils, je lui ai dit que j'avais un crabe dans mon sein. Après la métaphore du crabe, je ne sais pas si c'est la meilleure : mon fils a eu un peu peur des crabes après. Maintenant j'en parle avec lui, je lui dis "maman elle a eu ça". J'ai mis des mots, car j'ai une amie dont la maman a eu un cancer quand elle était petite et ne le savait pas jusqu'à ses 18 ans. Elle m'a dit que ça a été une grosse déflagration de sa vie car elle a eu l'impression qu'on lui avait menti toute sa vie et du coup je me suis dit que je n'allais pas reproduire la même erreur avec mes enfants.

Vous évoquez aussi les nombreuses idées reçues autour du cancer et qui semblent tenaces au sein de notre société : l'allaitement protégerait du cancer, le cancer ne toucherait que les femmes de plus de 50 ans... Est-ce qu'il faut revoir notre politique de prévention ?

Complètement. On nous remet encore ces chiffres sur l'allaitement alors qu'ils ne sont que de 4% par année d'allaitement et ça diminue le risque, ça ne protège pas. Le fait d'allaiter contre le cancer n'est pas un vaccin ! Les femmes qui ont allaité et tombent sur cette information se sentent protégées et ne font pas attention si elles sentent une boule dans le sein.

Beaucoup pensent que cela ne concerne les femmes qu'à partir de 50 ans. Maintenant on fait plein de campagnes pour parler du triple négatif, dire que ça n'arrive pas qu'aux autres. Mais je pense qu'il faudrait pourquoi pas un examen des seins, par exemple une échographie mammaire au moindre doute. Dans chaque ville, il y a beaucoup d'hôpitaux qui proposent un diagnostic sein : en un jour vous pouvez savoir si vous avez un cancer du sein. Et ce n'est absolument pas connu, c'est très mal référencé alors que ça pourrait changer plein de choses. Pour moi, il faudrait tout refaire. Déjà il faudrait qu'on connaisse les gestes d'autopalpation dès le lycée. Notre corps, on le connaît à peine. Donc il y a plein de choses à changer.

Vous abordez les aspects du cancer du sein sans tabou : traitement, fatigue, féminité, vie de couple... En tant que patiente, n'est-on pas informés de tout ce qu'implique le fait de souffrir d'un cancer ?

On n'est pas assez informés, même si les médecins font tout ce qu'ils peuvent pour nous tenir au courant, nous parler de telle ou telle initiative. A l'hôpital ils n'ont pas le temps, et parfois on n'a pas l'oreille attentive pour écouter ça. Beaucoup de femmes n'osent pas poser les questions, se renseigner auprès de leur oncologue et se laissent un peu porter. C'est pourquoi je voulais dans ce livre parler de tous ces sujets qui sont un peu tabou, pour que les personnes puissent avoir les ressources pour se renseigner de leur côté ensuite.

Vous évoquez aussi l'après-cancer et ses difficultés...

L'après, c'est vraiment compliqué car déjà on a une espèce d'épée de Damoclès au-dessus de notre tête. On me demande souvent comment j'arrive à avancer. Je conseille aux femmes d'avoir une activité à côté, ça peut être se mettre à fond dans le tricot, apprendre la céramique… des choses qui peuvent nous faire plaisir et nous faire penser à autre chose. Le jour où notre traitement s'arrête, notre activité continue et au moins on peut se raccrocher à cela.

Il y a aussi le fait que, vu que le cancer du sein tue 12 000 femmes par an, je n'ai pas le droit d'arrêter de vivre pour toutes ces femmes qui auraient voulu vivre, qui ne sont plus là. C'est un devoir d'avancer, de ne pas se morfondre car la vie est beaucoup trop courte pour avoir peur que le cancer revienne. L'urgence de vivre est là. C'est ça qui m'aide à avancer, c'est de me dire que la vie est trop belle et que je vais pas la gâcher en me rendant encore plus malade que je ne l'ai été.

Comment allez-vous aujourd'hui ?

Ça va. J'ai une vie tout à fait normale, mes deux enfants en bas âge, ma marque de mode, mon activité à côté. Ca se passe très bien et je suis très heureuse.

« Dans mon sein », Emilie Daudin, éditions Plon.

Propos recueillis par Cyrielle THEVENIN

Revitalash, une marque américaine très engagée pour Octobre Rose

C’est l’un des effets visibles de la chimiothérapie : la perte de cils, de sourcils et de cheveux. En ce mois d’octobre rose, la marque américaine Revitalash Cosmetics s’engage plus que jamais aux côtés des malades en reversant une somme d’argent (2 dollars) à des associations actives dans la lutte contre le cancer du sein pour chaque produit ‘’Pink program’’ vendu.

Il faut dire que la griffe a été développée en 2006 par un médecin, Michael Brinkenhoff, dont l’épouse, Gayle, a elle-même souffert d’un cancer du sein lorsqu’elle était jeune. « Durant son traitement, elle a perdu ses longs cils sombres et, en même temps, sa confiance en elle. Son mari a alors mis au point un produit favorisant la repousse, fortifiant et nutritif » nous raconte la Californienne Lori Jacobus, présidente et CMO de RevitaLash Cosmetics, de passage à Paris. Depuis, la société ne cesse de croître. Deux tubes de sérum pour les cils, le Revitalash Advanced, sont vendus chaque minute dans le monde, et la gamme s’est enrichie de nouvelles références : sourcils, cheveux… Malgré le succès, la société n’oublie pas sa genèse : « Nous sommes et serons toujours éternellement rose. Nous sommes engagés dans cette lutte toute l’année, et pas seulement en octobre. Cette maladie nous touche tous de près ou d’un peu plus loin. Depuis 2018, nous avons donné plus de 3 millions de dollars pour soutenir cette cause, que ce soit par le don de produits, d’argent, etc. » précise Lori Jacobus. En cette fin d’année, un mascara novateur mis au point par la marque arrive sur le marché : il s’agit d’un produit de soin revitalisant pour les cils, qui s’adresse aux personnes très sensibles des yeux, doté d’une formule conçue par un ophtalmologiste. Alors, prêtes à combiner un achat plaisir avec un geste solidaire ?

Une publication partagée sur Instragram par Emilie Daudin (The Brunette) (@emiliebrunette)

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 25/10/2022 - Photo RL

Boulange - Octobre rose : la palpation des seins, geste essentiel
  • Image
La représentante du Comité de Moselle de la Ligue contre le cancer avait apporté un buste de palpation autour duquel elle organisait des ateliers. Photo RL
La présence d’une représentante de la Ligue contre le cancer avait été annoncée, de ce fait, les visiteurs ont été nombreux pour ce nouveau rendez-vous proposé dans le cadre d’Octobre rose. Les participants ont été invités à apprendre la palpation sur un buste pédagogique.

Ados, jeunes mamans, personnes plus âgées étaient très intéressés par les informations dispensées par la directrice du Comité de Moselle de la Ligue contre le cancer qui a accueilli tous les visiteurs dans le cadre d’ateliers par groupes. Le premier comportait une vingtaine de personnes, une soixantaine y ont participé tout au long de l’après-midi.

« Très compliqué de toucher les personnes mais il faudrait faire prendre conscience à tous de prendre soin de son corps, notamment par la palpation des seins. Ne pas avoir peur du mot ‘cancer’mais appliquer la notion de prévention sans tenir compte de l’âge, prendre soin de soi. Et, bien que sur cent malades, quatre-vingt-dix-neuf soient des femmes, les hommes sont concernés aussi. Ils doivent donc également être sensibilisés au problème. »

Le buste disponible pour la palpation simule sept formes de tumeurs

Le buste disponible pour la palpation simule sept formes de tumeurs. Toutes les femmes étaient très intéressées et ont trouvé la conférence très utile. Elles ont avoué ignorer beaucoup de choses, notamment qu’elles connaissaient l’examen dit mammographie mais pas la palpation des seins en elle-même. La première qui a réalisé la palpation sur le buste modèle a indiqué qu’elle le ferait dorénavant régulièrement. En fait, cette palpation devrait être faite chaque mois et, suivant l’âge, à un moment précis et par des gestes précis.

Cet après-midi ‘santé’était organisé par des associations locales, notamment le centre socioculturel, Espace de vie sociale, Le Sillon, et le club de gym. Le Sillon a en outre fait le lien entre les associations et avec la Ligue. La mairie, quant à elle, accompagne les associations qui veulent préparer des animations.

Une caisse pour les dons est ouverte en mairie. Le Sillon, la Gym volontaire, le périscolaire ont également vendu des objets pour alimenter la cagnotte. Les ateliers créatifs du Sillon offraient boisson et pâtisserie aux visiteurs. Tous les bénévoles étaient habillés de rose.

Bubu
Site Admin
Messages : 1497
Inscription : 18 avr. 2007, 22:03

Re: Octobre Rose 2022 - Les actions

Message par Bubu »

Le Républicain Lorrain du 26/10/2022 - Par S. F. - Photo DR

Illange - Les Dames de cœur se lancent dans l’hortithérapie
  • Image
L’hortithérapie, c’est la nouvelle activité bien-être des Dames de cœur. Elle se pratiquera à Illange. Photo DR
Depuis leur création il y a dix ans, les Dames de cœur multiplient les activités sportives et bien-être en vue d’aider les personnes atteintes d’un cancer. Une nouveauté vient de sortir de terre du côté d’Illange : elle se nomme hortithérapie.

L’hortithérapie, c’est le bien-être par les plantes, le jardinage, la nature. Ça se pratique beaucoup dans les maisons de retraite et dans les écoles ainsi qu’auprès de personnes handicapées. Les vertus sont indéniables et reconnues. C’est une adhérente qui a mis la puce à l’oreille des Dames de cœur. « On a reçu un courrier durant le confinement. Une adhérente nous expliquait le bonheur qu’elle avait éprouvé dans son jardin, c’est de là qu’on s’est dit : pourquoi ne pas tenter ? », se souvient Marie-Pierre Trentini, membre de l’association. En vue d’en savoir plus sur la pratique, quelques Dames de cœur se sont formées puis elles se sont mises en quête d’une commune pour accueillir ce nouveau projet.
  • Image
Cet atelier permettra aux adhérentes des Dames de cœur de profiter des bienfaits de la nature. Photo DR
Les subventions ont germé

« Nous avons sollicité des partenaires pour nous accompagner dans l’achat de matériel. Nous avons décroché le Prix initiative régionale de la Banque populaire et une subvention de la Centrale de Cattenom, soit 8 000 €, ce qu’il nous fallait pour nous lancer. » Puis la commune d’Illange a adhéré à l’activité, mettant à disposition une parcelle partagée. « On a construit un abri de jardin et on a récupéré quelques plantes offertes par la municipalité de Thionville. Illange s’est chargée du grillage et de l’engazonnement. »

D’autres activités pourront s’y greffer

Un premier atelier est prévu le 30 novembre pour imaginer le jardin de demain. « On a inauguré le site le 12 octobre et on a planté un pommier. On a baptisé ce lieu le Jardin des sourires », dévoile Christel Loscul, membre de l’association. Des activités comme du yoga et de l’art-thérapie pourront se greffer à ce lieu. « Cet espace doit vivre », rêve Marie-Pierre. Pour permettre à l’association thionvilloise de voir fleurir son activité, un appel est lancé aux jardineries du secteur. « Nous avons besoin de matériel et de plantations. »

Pour se rapprocher de l’association :
contact@lesdamesdecoeur.fr

Par S. F.

Répondre