Gérontonord et Redocthionis

Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Gérontonord et Redocthionis

Messagepar Bubu » 25 mai 2012, 17:25

Le Républicain Lorrain du 03/05/2012 - Par S.G. SEBAOUI - Photo Archives Julio PELAEZ

Gérontonord multiplie ses missions - Un peu d’éducation thérapeutique… pour tous

Image
Fanny Mengel, directrice depuis 2007, travaille au sein de l’association depuis ses débuts, ou presque. Photo Archives Julio PELAEZ


Monter des plans d’aide en direction des personnes âgées de manière à favoriser leur maintien à domicile ne sera plus la seule mission de Gérontonord. Sur invitation de l’ARS, l’association doit élargir son champ d’actions.

Vous voilà héritière du programme DOCThionis destiné à faire l’éducation thérapeutique de toutes les personnes de plus de 18 ans souffrant de pathologies sérieuses. C’est en plus des missions de Gérontonord en direction des personnes âgées…

Fanny MENGEL, directrice de Gérontonord : « C’est en plus oui. Nous avons quatre ans pour nous investir totalement dans ce programme destiné à encadrer, très tôt, les personnes souffrant de diabète, de maladies cardiovasculaires ou d’obésité. Pour faire de l’éducation thérapeutique et éviter ainsi qu’elles soient visées un jour par une hospitalisation ».

Vous devez cette requête à l’Agence régionale de santé (ARS) qui souhaite vous voir multiplier vos missions et élargir votre champ d’actions.

« Exactement. L’ARS qui est un de nos principaux financeurs avec le conseil général et la caisse de retraite du régime général, revoit un peu notre cahier des charges. Ceci fait partie de son programme régional de prise en charge des personnes âgées. Nous devrons, et nous avons déjà une autorisation pour cela, nous charger, via des ateliers assurés par des professions libérales, de sensibiliser les patients à des notions importantes, comme l’autosoin notamment. Les patients souffrant de ces pathologies sérieuses se verront proposer un programme auquel ils devront adhérer. Ce seront surtout des personnes rencontrant des difficultés avec leur propre traitement ».

Les missions de Gérontonord étaient jusqu’ici déjà importantes pour la quinzaine de salariés que compte l’association. Aurez-vous les moyens d’assumer ces nouvelles actions ?

« Disons que cela passera forcément par une mutualisation des moyens. Il faudra très certainement revoir notre façon de fonctionner, modifier sans doute les moyens à déployer, par exemple, sur les trois centres locaux d’information et de coordination ( Clic) dont nous disposons à Fameck, Yutz et Thionville. Il se pourrait, à l’avenir, que nous devenions joignables sur un seul et même numéro. Ce qui pourrait aussi faciliter la vie de nos partenaires, médecins, familles et patients ».

Auprès de combien de personnes intervenez-vous sur votre secteur, c’est-à-dire Thionville est, ouest, Amnéville et Rombas ?

« Le bassin de population concerne 60 000 personnes de plus de 60 ans. L’an passé, nous en avons aidé près de 3 000. Nos nouvelles missions, le programme DOCThionis annonce environ 150 patients supplémentaires pour l’année 2012. L’idée de faire de la prévention, très tôt chez les personnes est cohérente, mais il faudra bien sûr parler de moyens. Rapidement ».

Propos recueillis par S.-G. SEBAOUI


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 29 mai 2012, 16:58

Le Républicain Lorrain - Photo Archives Philippe RIEDINGER

Gérontonord se dédouble

Image
Photo Archives Philippe RIEDINGER


La prise en charge des personnes âgées ne sera désormais plus la seule mission de Gérontonord. En effet, la structure financée par l’Agence régionale de santé ajoute une corde à son arc à travers le programme DOC-Thionis.

Ce dispositif vise l’accompagnement thérapeutique des personnes de plus de 18 ans affectées par des pathologies sérieuses.

L’association a quatre ans pour s’investir pleinement dans ce projet.


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 29 mai 2012, 17:01

Le Républicain Lorrain du 03/05/2012 - Par Saada SEBAOUI - Photo Archives Philippe RIEDINGER

Prise en charge des personnes âgées : Gerontonord invitée à voir beaucoup plus grand

Image
L’aide aux personnes âgées demeurant à leur domicile : la mission de Gerontonord depuis dix ans en pays thionvillois. Photo archives Philippe RIEDINGER.


Gerontonord qui, de Thionville à Amnéville en passant par Rombas, se charge d’offrir des plans d’aide aux personnes âgées, est invitée par l’Agence régionale de santé à élargir son champ d’action. Au nom de la prévention.

Gerontonord aura-t-elle le dos assez large pour assumer des missions supplémentaires ? Tout ça au nom de la prévention des risques de diabète, de maladies cardiovasculaires ou d’obésité chez les pauvres pêcheurs que nous sommes ?

Seule l’association thionvilloise pourra le dire d’ici quelques mois, voire quelques années. Car il y a peu, ses membres ont appris qu’en plus d’assurer chaque jour au quotidien, des plans d’aide aux personnes âgées de manière à rendre possible leur vie à domicile, ils devront s’investir dans de nouvelles missions.

Pour les plus de 18 ans

Comme l’explique la directrice de Gerontonord, Fanny Mengel : « Nous existons depuis dix ans et facilitons les soins aux personnes âgées tout en favorisant leur maintien à domicile. Nous nous chargeons également de la coordination de l’action des professionnels de santé chez le patient. Dans les quatre années à venir, nous devrons avoir mis en place un nouveau programme, baptisé DOCThionis. Programme qui ne concerne non plus seulement les personnes âgées mais toutes les personnes de plus de 18 ans ».

Des patients souffrant principalement de problèmes d’obésité, de diabète ou autres maladies cardiovasculaires. C’est à l’Agence régionale de santé, financeur à un tiers de l’association que Gerontonord doit ces nouvelles charges. « Nous l’avons appris février dernier. À ce titre, nous signerons bientôt un contrat d’objectifs et de moyens avec l’Agence ». Une agence lorraine dont l’idée, elle ne le cache plus, est de s’appuyer sur des réseaux gérontologiques existants et qui ont déjà fait toute la démonstration de leur savoir-faire. Le cas de cette association d’aides aux têtes blanches qui œuvre sur un bassin de population de 60 000 personnes âgées depuis une décennie. Pour un champ d’actions s’étendant sur Thionville Est, Ouest, Rombas et Amnéville.

Des négociations à venir

L’an dernier, près de 3 000 de ces personnes que la vieillesse enquiquine ont été (ou le sont toujours) prises en charge par Gerontonord. Demain, l’ARS attend de Fanny Mengel qu’elle sensibilise ses troupes également sur la prévention en faisant de l’éducation thérapeutique. « Ce qui est assez cohérent, admet la directrice. Cette éducation thérapeutique existe déjà dans d’autres secteurs de la Lorraine. Et l’ARS entend aujourd’hui s’occuper de la santé par territoire. Surtout, l’idée d’une santé prise en charge, chez l’adulte, très tôt, paraît forcément intéressante ».

Reste à trouver les ressources, à se réorganiser. Lâchons le mot… à mutualiser les moyens. « Nous sommes dedans en effet. Nous avons fait un calcul prévisionnel qui nous apprend qu’en 2012, nous nous chargerons ainsi de 150 patients supplémentaires. Des personnes qui devront donc s’engager dans un programme mis au point par nos soins ». La directrice confirme toutefois qu’il faudra aussi monter au créneau à un moment ou un autre. « Il est certain que des négociations s’annoncent pour que nous demeurions tous efficaces ».

Par Saada SEBAOUI


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 13 nov. 2012, 17:52

Le Républicain Lorrain du 10/07/2012 - Par Anne RIMLINGER-PIGNON - Photo Pierre HECKLER

Indispensable Gérontonord

    Image

Michel Dumay et Fanny Mengel : « Gérontonord a accueilli près de 4 000 personnes durant l’année 2011 ». PhotoPierre HECKLER


L’association Gérontonord est devenue incontournable pour maintenir les personnes âgées à domicile. Elle est à présent appelée à se diversifier quelque peu. Explications.

Notre objectif principal consiste à aider et organiser le main tien à domicile des personnes âgées », résume Michel Dumay. Avec une tâche d’une telle ampleur, il est certain que l’association Gérontonord s’affirme comme incontournable dans le paysage associatif. Le président Michel Dumay et la directrice Fanny Mengel ont assuré récemment l’assemblée générale.

Gérontonord vient de fêter ses dix années d’existence. Pourquoi cette association avait-elle été créée ?

Michel DUMAY : « Au départ, cette association à but non lucratif, a été mise en place pour aider les médecins traitants qui n’ont pas le savoir-faire pour organiser la prise en charge des personnes dépendantes. Il s’agit de conseiller et d’aider les personnes dépendantes et surtout leurs familles. En fait, Gérontonord aide à organiser la prise en charge la plus adaptée. On se rend dans les familles et on dresse un état des lieux dans la dimension médico-psycho-sociale ».

Quels sont les services de Gérontonord ?

« L’association compte plusieurs services. Dont deux principaux. Tout d’abord, les Clic, centres locaux d’informations et de conseils. Ce sont des lieux d’écoute, de repérages également des personnes âgées fragiles. Ces centres se trouvent à Thionville, Fameck et Yutz.

Le deuxième service important est le réseau de santé. Il s’agit d’une équipe médicale et infirmière constituée pour aider les médecins traitants à organiser les maintiens à domicile difficiles ».

Qui sont les adhérents de Gérontonord ?

« Nous comptons quarante-sept adhérents. Des professionnels et des bénévoles. Pour la grande majorité, ce sont des professionnels de la gériatrie situés dans notre secteur géographique : les hôpitaux gériatriques : CHR, Sainte-Elisabeth et Alpha santé. Toutes les maisons de retraite, tous les services de soins à domicile, les professionnels de santé libéraux et les associations de malades ».

Quel est votre secteur géographique ?

« Les deux arrondissements de Thionville, la Fensch et toute la Moselle nord ».

Gérontonord subit actuellement des évolutions…

« Gérontonord élargit son champ de compétences vers des patients différents. Effectivement, à la demande de l’Agence régionale de santé (ARS), nous nous orientions vers la pratique de l’éducation thérapeutique de patients diabétiques et présentant des risques cardiovasculaires.

Peut-être allons-nous nous élargir encore vers les soins palliatifs et l’alcoologie. L’État souhaite diversifier nos missions ».

Financièrement, comment fonctionne l’association Gérontonord ?

Michel DUMAY : « Nous bénéficions de subventions du conseil général pour le Clic, l’État pour les réseaux de santé., la Crav et la cotisation des adhérents. Pour l’heure, nos finances sont saines ».

Combien avez-vous accueilli de personnes en 2011 ?

Fanny MENGEL : « Pour la totalité des activités, nous avons accueilli quelque 4 000 personnes. Pour notre nouvelle activité concernant les maladies chroniques, nous comptons une quarantaine de dossiers. Depuis le démarrage qui a eu lieu en janvier-février.

Nous notons surtout une très bonne implication des professionnels libéraux, qui sont les porteurs de ce projet ».

Propos recueillis par Anne RIMLINGER-PIGNON


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 16 nov. 2012, 14:37

Le Républicain Lorrain du 26/09/2012 - Par Vanessa PERCIBALLI - Photo Pierre HECKLER

GerontoNord souffle sa dixième bougie

    Image

Le Dr Michel Dumay, président depuis 2006, est également responsable du service gériatrique de l’hôpital Bel-Air et du pôle gériatrique du CHR Metz-Thionville. Photo Pierre HECKLER


L’association, basée à Thionville, fêtera son dixième anniversaire ce jeudi à La Passerelle de Florange à l’occasion de la Biennale de seniors, avec un colloque destiné aux professionnels. Bilan avec le président, le Dr Dumay.

Comment le réseau GerontoNord s’est-il installé à Thionville ?

Dr Michel DUMAY : « Entre 1996 et 1999, nous avons commencé à réfléchir à la prise en charge des patients – les personnes âgées en perte d’autonomie, fragiles et qui ont cumulé au fil des années plusieurs pathologies – à leur sortie de l’hôpital, afin d’éviter des ré-hospitalisations inutiles.

Il s’agissait également de faire travailler ensemble les hôpitaux, les maisons de retraite et les services à domicile, le tout coordonner par le médecin traitant. »

Trois activités

Quel est le rôle de l’association ?

« Notre secteur géographique couvre les deux arrondissements de Thionville, ainsi que les vallées de la Fensch et de l’Orne. Nous avons trois activités : les Clic (NDLR : Centres locaux d’information et de coordination), situés à Thionville, Yutz et Fameck. Ils sont financés par le conseil général. En 2011, 1 609 personnes ont été aidées par les trois Clic.

Le réseau de santé, soutenu par l’Agence régionale de la santé, organise le maintien à domicile, et a suivi 871 personnes dont 252 nouveaux patients.

Et pour terminer l’attribution d’aide ménagère, en lien avec la caisse de retraite d’Alsace-Moselle. Dans ce cadre, 1 309 personnes ont été visitées à domicile, pour une évaluation de leurs besoins suite à la demande de la Carsat (NDLR : Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail). Nous travaillons également avec 222 médecins traitants. »

Vos missions ont-elles évolué depuis la création en 2002 ?

« Oui, en raison de la réglementation, notamment avec la mise en place par l’État de plusieurs plans Alzheimer. Actuellement, nous en sommes au troisième. Ce dispositif insiste sur l’accompagnement des malades, mais également l’encadrement et le soutien aux aidants familiaux qui ne sont pas des professionnels (conjoints, enfants…). Ces derniers nous sollicitent pour les aider, et pour être soulagés temporairement mais nous n’avons pas suffisamment de solutions.

Il faut savoir que lorsqu’on interroge les personnes qui peuvent donner leur avis, neuf fois sur dix elles demandent à rester à leur domicile. Mais cela n’est possible que s’il y a un aidant familial qui vit à proximité.

Concernant les placements en maison de retraite, même si les capacités d’accueil ont augmenté, elles restent insuffisantes. Le non-placement peut aussi être lié au financement, car certains malades n’en ont pas les moyens. Et ne veulent pas demander à leurs enfants de participer aux frais, ou il arrive qu’il n’y ait plus de lien avec eux. Il existe bien l’aide sociale du conseil général, mais il s’agit d’un prêt qui devra être remboursé au moment de la succession. »

Les grandes dates

Quels sont les grandes dates à retenir de ces dix années et les projets à venir ?

« Après la création de l’association en 2002, le premier Clic a été ouvert fin 2003, suivi l’année d’après par la création du réseau de santé. Et la collaboration avec la Caisse régionale d’assurance vieillesse (Crav) en 2008.

Cette année, nous devrions sortir de notre suivi strict des personnes âgées, et mettre en place de la prévention pour un public d’adultes dans le domaine de la nutrition (diabète, obésité). C’est une demande de l’État, à destination des réseaux gérontologiques. Mais les moyens ont été promis sous l’ancien gouvernement et pour l’instant, nous ne les avons pas. Et nous ne savons pas si c’est toujours d’actualité avec le nouveau gouvernement… »

Propos recueillis par Vanessa PERCIBALLI


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 06 juil. 2013, 19:54

Le Républicain Lorrain du 24/06/2013 - Photo RL

Santé au Kem de Thionville - Gérontonord : les jeunes aussi sont suivis

    Image

Les actions menées par Gérontonord se font toujours de manière conjointe avec le médecin traitant. Son rôle est avant tout la coordination des professionnels. Photo RL.


À l’occasion de sa dernière assemblée générale, qui rassemblait de nombreux professionnels de santé, Michel Dumay, le président de l’association mosellane, évoquait les nouvelles tâches récemment attribuées à Gérontonord.

Gérontonord est une instance de coordination entre les personnels liés à la gériatrie : aides-soignants, assistantes sociales, Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), etc. Sa mission, schématiquement : alerté par le médecin traitant, la famille ou les Clic (centres d’information de proximité), Gérontonord organise un diagnostic des besoins et oriente vers les services les plus adaptés pour mettre en place un suivi. Le public visé est composé de personnes âgées en situation précaires. Enfin, jusque-là…

Un champ d’action plus vaste

Car depuis sa création en 2002, les fonctions de Gérontonord ont bien évolué. Vers la lutte contre la maladie d’Alzheimer tout d’abord, et ce dès 2010. L’État, par le biais de ses Plans Alzheimer successifs, a voulu améliorer la prise en charge des patients et de leurs aidants. Gérontonord s’est engagée en ce sens, Des formations sont organisées régulièrement. La prochaine en date sera fixée entre septembre et novembre prochain (pour plus de renseignements : 03 82 82 72 57).

En 2013, le champ d’action de Gérontonord s’élargit encore un peu plus. Tout d’abord, parce que l’Agence régionale de la santé (ARS) lui a confié la mission de l’accompagnement des malades chroniques (diabétiques, maladies cardio-vasculaires ou encore obésité, par exemple).

Un avenir bien chargé

« On ne s’occupe plus à ce moment-là que des seules personnes âgées : tout le monde peut nous solliciter ! , explique le président de l’association, Michel Dumay. L’idée reste la même : le médecin prescrit un traitement, mais ne peut pas suivre son patient au jour le jour. Or certaines pathologies nécessitent un accompagnement. Les diabétiques, par exemple, doivent doubler la prise de médicaments par un régime alimentaire adapté et l’adoption d’une bonne hygiène de vie. À travers différents ateliers, c’est ce que nous essayons d’amorcer. »

Plus encore, le nouveau cheval de bataille de Gérontonord sera bientôt l’addictologie. « Cette mission représente un travail énorme, car cette prise en charge concerne un public très large, allant du collégien qui fait ses premières expériences avec des drogues dites "douces", jusqu’au patient accro à l’héroïne », note le président.

Dernier point qu’il faudra envisager : les soins palliatifs à domicile.

« Ce n’est absolument pas notre priorité car il existe une bonne prise en charge sur ce point à Thionville et dans les environs », estime cependant Michel Dumay.


Bubu
Site Admin
Messages : 1349
Enregistré le : 18 avr. 2007, 22:03

Messagepar Bubu » 29 juil. 2014, 19:33

Le Républicain Lorrain du 18/06/2014 - Photo Armand FLOHR

Les missions de Gérontonord

    Image

Le Dr Michel Dumay assure la présidence de Gérontonord depuis 8 ans. Photo Armand FLOHR


À l’occasion de l’assemblée générale de Gérontonord qui s’est tenue hier, son président, le Dr Michel Dumay a répondu à nos questions.

Président de l’association Gérontonord, le Dr Michel Dumay, par ailleurs responsable du pôle gériatrique au CHR de Metz-Thionville a fait le point sur les missions et le bilan de l’association.

Quel est le rôle actuel de Gérontonord ?

Michel DUMAY : « La fonction première de l’association, créée il y a 12 ans, était le maintien à domicile des personnes âgées en situation difficile, en appui avec les médecins traitants. À cela se sont rajoutées deux missions. La première, demandée par le conseil général, est de gérer les Centres d’information de proximité (Clic) du secteur thionvillois. L’autre, émanant de l’Ars (Agence régionale de santé), concerne le réseau de santé territorial de Thionville, sur deux axes : le suivi des personnes âgées fragiles à domicile avec une équipe infirmière et médicale et l’organisation de l’éducation thérapeutique des adultes atteints de maladie métabolique comme l’obésité ou le diabète. Nous leur proposons dix séances d’apprentissage des bonnes règles d’hygiène de vie, nous leur donnons des conseils. »

Combien de personnes sont concernées par Gérontonord ?

« Environs 2 000 personnes ont été accueillies cette année dans les Clic, essentiellement à la Maison du Département, et 1 000 par le réseau de santé. Gérontonord, c’est aussi une association qui aide à la coordination entre tous les professionnels de santé et institutions qui œuvrent auprès des personnes âgées (services de soins à domicile, maisons de retraite, hôpitaux). Nous comptons actuellement 52 adhérents et douze personnes salariées. »

La Moselle Nord est-elle un territoire plus sensible à certaines pathologies ?

« Nous constations dans ce bassin sidérurgique un plus fort vieillissement démographique que dans le reste de la Moselle.

C’est déterminant pour nos actions qui vont en majorité concerner des pathologies cérébrales comme la maladie d’Alzheimer ou apparentée et les AVC (accident vasculaire cérébral). Des maladies souvent handicapantes qui rendent souvent impossible maintien des malades à domicile. Gérontonord intervient alors pour les placer en Ephad (Établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes). »



Retourner vers « Gérontonord - Rédocthionis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité